26.2 C
Sénégal
26 novembre 2022
ACTUALITE VIE CHRETIENNE

Temps de l’Avent : Ce qui va changer sur le plan liturgique et pourquoi

Nous voici de nouveau au seuil d’une nouvelle année liturgique, l’année C, avec l’entrée dans le temps de l’Avent, ce dimanche 2 décembre 2018. La liturgie va subir quelques modifications. Lesquelles ? Pourquoi de tels changements ?

D’abord le sens de l’Avent

Le mot « Avent » ne veut pas dire « avant » Noël. Il vient du mot latin « adventus » qui signifie « venue », « arrivée ». Le temps de l’Avent est ainsi le temps de préparation à l’avènement du Seigneur. Il fait donc mémoire de sa première venue et oriente vers l’attente de son retour.

Le Missel Romain précise : « Le temps de l’Avent a une double caractéristique : c’est à la fois un temps de préparation à la solennité de Noël où l’on commémore le premier avènement du Fils de Dieu parmi les hommes, et un temps où, par ce souvenir, les âmes sont tournées vers l’attente du second avènement du Christ à la fin des temps. Le temps de l’Avent se présente donc, pour ces deux raisons, comme un temps de pieuse et joyeuse attente » (cf. PGMR, 39).

Les ornements violets

Alors que le monde extérieur arborera sous peu de magnifiques décorations, l’Eglise se pare d’ornements violets. Pour l’Avent, cette couleur liturgique marque un temps de préparation, un temps qui doit amener à un autre temps de fête, celle de la Nativité. Ainsi le violet fera mieux ressortir l’or de la solennité. Bien sûr la préparation suppose aussi la pénitence même si cela n’est pas la tonalité première de l’Avent.

Pas de Gloria

Durant l’Avent on ne chante plus le Gloria jusqu’à Noël, il prend tout son sens. C’est sur la crèche de l’Enfant divin, à Bethléem, s’est entendre pour la première fois. Son absence pendant l’Avent, tout comme l’absence de l’Alleluia en Carême, a donc une signification. Cela renforce son éclat quand il revient dans la liturgie, mais aussi cela révèle que l’Avent est un temps de préparation, un temps « inaccompli », un temps qui nous amène vers l’événement source du sens plein.

Toutefois, le chant de l’Alléluia n’est pas suspendu. On continue de le chanter aux quatre dimanche de l’Avent.

Les textes liturgiques

La liturgie du temps de l’Avent s’articule autour de la date du 17 décembre. Les premières semaines invitent à la vigilance; les fidèles sont invités à se tenir prêts à la venue du Christ dont on ignore quand il viendra. À partir du 17 décembre, les lectures font état de la généalogie, de l’Annonciation et de la naissance du Christ. Elles préparent directement à la fête de la Nativité.

Bénédiction solennelle

Les bénédictions solennelles trouvent leurs origines au Moyen-Âge. Elles avaient pour but de demander à Dieu une grâce supplémentaire pour soutenir les fidèles dans leur jeûne. Elles n’étaient donc pas données le dimanche, mais seulement en semaine pendant les temps de pénitence comme, par exemple, pendant l’Avent ou le Carême.

Le Missel propose une bénédiction solennelle aux messes des quatre dimanches de l’Avent.

  • Vous croyez que le Fils de Dieu est venu dans ce monde, et vous attendez le jour où il viendra de nouveau ; À la clarté de cette lumière qui lève, que Dieu son Père vous guide en toutes vos démarches et qu’il multiple sur vous ses bénédictions. Amen.
  • Qu’il rende ferme votre foi, joyeuse votre espérance, et constante votre charité. Amen.
  • La venue du Rédempteur pauvre parmi les pauvres est déjà pour vous une grande joie ; quand il apparaîtra dans toute sa gloire, qu’il vous ouvre le bonheur sans fin. Amen.

 

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite