22.8 C
Sénégal
21 janvier 2022
ACTUALITE CONTRIBUTION Internationale

Sanctions contre le Mali, un prêtre s’insurge : « Défendre la liberté n’a pas de prix »

Toujours et encore les vieilles méthodes. Le colon utilise le nègre pour détruire son propre frère nègre. Hier le noir a vendu son propre frère, aujourd’hui encore le même commerce se poursuit. À quand un éveil solidaire de l’homme africain ? Le même ballet s’exécute avec l’affaire du Mali. Derrière ces institutions comme la CEDEAO, l’UEMOA, se cache sans aucun doute la main obscure d’une France qui n’a pas encore compris que l’époque de la colonisation est révolue et que chaque peuple a plein droit de décider de son destin.

Les sanctions contre le peuple malien sont tombées. Si elles sont cruelles, elles ne sont toutefois pas nouvelles. Le schéma est identique à celui de la Côte d’Ivoire en 2011 à la seule différence de l’embargo sur les médicaments qui a fait des milliers de morts. Pourquoi cette fois-ci, pas d’embargo sur les médicaments ? À ce niveau les Maliens doivent s’en réjouir. Les Ivoiriens n’ont pas eu cette chance. Le plus choquant reste l’approbation du Burkina Faso qui vit les mêmes problèmes que le Mali : voir son peuple être décimé jour après jour par le terrorisme sous l’étrange regard de toutes ces forces internationales avec à leur tête la France.

Une chose est certaine, la liberté a un prix : c’est le martyre. Celui qui refuse de verser son sang ne connaîtra jamais le bonheur de la liberté vraie. La liberté ne se donne pas, elle s’arrache. Alors, que le peuple malien comprenne qu’ils sont sur le bon chemin de leur libération effective du joug colonial et esclavagiste français. Aucun peuple ne peut et ne doit demeurer esclave durant toute son existence. La violence de l’ennemi ne suffira pas à atténuer l’ardeur d’un peuple décidé à protéger l’intégrité de sa nation et de sa dignité.

Si quelques dirigeants africains abandonnent aujourd’hui le Mali, les peuples africains doivent rester solidaires du brave peuple malien qui a amorcé le combat de son histoire. Espérons tout simplement que ce vent de liberté qui s’élève et souffle sur le Mali s’étende à tous les peuples africains. La fin de l’hégémonie française est le début d’une histoire nouvelle pour les peuples africains.

Père Donald Zagore, sma

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite