38.9 C
Sénégal
4 décembre 2021
FidesPost
Recensions - Ouvrages VIE CHRETIENNE

Recension : La Bataille d’Osorno ou l’un des plus grands scandales de l’Église catholique au Chili

Qui, parmi nous, est familier du nom de la ville d’Osorno ? Bien malin qui pourrait me répondre ! Pourtant, cette ville chilienne refusa la nomination de Mgr Juan Barros comme évêque en 2015 ! D’ailleurs, cette nomination contestée à cause de l’attitude de l’évêque envers les faits de pédocriminalités de l’ecclésiastique Fernando Karadima fut le premier séisme du pontificat de François.

C’est toute la portée du livre dont un fragment du titre « La bataille » évoque le combat de catholiques mais aussi les soubresauts internes de l’Église de Chili. Tout cela sur fond de complicité entre l’Église catholique et l’ancien dictateur Augusto Pinochet.  Ce livre est aussi un chemin d’espérance quand on constate que des « chrétiens de base » ont pu mettre en place un contre-pouvoir qui aura finalement raison de la toute puissante machine du Vatican.

Une approche très juste en considération des combats nécessaires qui ont permis de démasquer l’écclésiastique Karadima et le jésuite Poblete. Ces deux religieux (fortement soutenus et couverts) par les cardinaux Ossa, Andrello, Estévez et aussi le nonce Sodano ont pu étendre leur emprise maléfique grâce à des complicités politiques, ecclésiales, à des systèmes de corruption généralisée et à une entreprise incontestablement sectaire à grande échelle

Dans les deux premiers chapitres, les auteurs mentionnent l’installation et la nomination de Juan puis décrivent la figure et l’univers mental et pervers de Karadima. Au chapitre 3, est évoqué le scandale national de la « chute de l’empire ». Les victimes osent affronter les caméras mais les autorités font obstruction. Il faut encore se battre (chapitre 4). La visite du Pape au Chili (chapitre 5) constitue un revirement sérieux puisqu’il permit l’envoi de l’archevêque Sicluna en mission d’investigation (chapitre 6) et la convocation à Rome de tous les évêques du pays. Pour autant, selon les auteurs, « le renouvellement se fait attendre » (chapitre 7), mais intervient la malheureuse nomination du nonce Scapolo (chapitre 8).

Accompagné d’annexes, ce récit en forme d’enquête devrait être lu, comme l’indique le préfacier, par le plus grand nombre « pour comprendre jusqu’où peut aller le mal des abus et jusqu’où il faut porter le fer pour en sortir ».

Homère Yague

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite