28 C
Sénégal
12 mai 2021
FidesPost
ACTUALITE CONTRIBUTION EGLISE UNIVERSELLE Internationale VIE CHRETIENNE

Marie, la Servante, face à une communauté ecclésiale malade de titres

Le mois de mai, dit Mois marial, nous plonge dans le mystère de la vierge Marie. Quand on parle de Marie, un des éléments qui ne peut laisser indifférent, ce sont les titres qui lui sont attribués. Marie Mère de Dieu, Reine du Ciel, Étoile du Matin, Rose Mystique etc…Il faut le dire clairement, les titres mariaux sont innombrables. Ils fusent de partout pour exalter et honorer la Vierge Marie. Ils sont sûrement l’expression d’un amour profond ou d’une dévotion totale à la vierge Marie. Une chose à saluer et à apprécier à sa juste valeur.

Et pourtant une question mérite d’être posée : quel titre se donne Marie elle-même ? Comment se considère-t-elle ? La Vierge, très silencieuse dans les évangiles, se donne de manière claire et nette un titre, qui en fait est le reflet de la manière dont elle se considère. Marie dit : « Je suis la servante du Seigneur » (Lc. 1: 38). Ni reine du ciel, ni rose mystique, ni Étoile du matin etc… Elle n’est que la servante du Seigneur. Une identité qui est bel et bien au cœur de la vérité des évangiles.

Le mot « service » renvoie à deux réalités assez précises. D’une part, du latin « inservire », le mot service signifie « rendre service ». Marie en se posant comme non seulement médiatrice entre Dieu et l’humanité dans l’épisode de l’Annonciation et médiatrice entre l’humanité et Dieu dans l’épisode des noces de Cana joue pleinement son rôle de servante dans sa capacité à rendre service. Elle rend service à la fois à Dieu et à l’humanité. D’autre part du latin « Servire », le mot service renvoie à la capacité « d’être l’esclave » de ses frères. Une attitude que le Christ lui-même embrasse en se faisant l’esclave de ses frères par le lavement de leurs pieds. Marie se fait l’esclave du Seigneur et par ricochet l’esclave de ses frères.

Loin des titres glorieux, gonflants et ronflants, Marie revêtira l’humble tunique de la servante. Un enseignement fort pour cette société ecclésiale de plus en plus malade de titres. Retournons à Marie pour réapprendre l’essentiel de la vie évangélique et prophétique qui se résume en ses paroles fortes du Christ : « Je suis venu pour servir et non pas être servi ». (Mt. 20:28). En des termes simples, le Christ est venu pour être tout simplement serviteur. Une vocation que réalise pleinement Marie, la servante.

Donald ZAGORE sma

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite