31 C
Sénégal
7 juillet 2020
FidesPost
ACTUALITE Internationale

Mali : «La situation politique est plutôt grave » (Archevêque de Bamako)

Dans un entretien accordé à l’agence vaticane Fides, le mercredi 24 juin 2020, l’archevêque de Bamako, le Cardinal Jean Zerbo, estime que « la situation politique de son pays est plutôt grave ». Il a également appelé les chefs religieux à être des « sentinelles et à agir comme des médiateurs afin de favoriser le dialogue et le retour au calme ».

«La situation politique est plutôt grave. Le problème pour le moment est de comprendre s’il convient d’organiser de nouvelles élections ou de laisser tout en l’état et de tenter de trouver un accord. Je crois qu’il est fondamental de faire tout le possible pour faire parler les deux groupes, lesquels doivent dialoguer entre eux et conjurer d’ultérieurs désordres », présente le Cardinal Zerbo. 

Il a aussi indiqué que les chefs religieux du pays ont mis en place une plate-forme commune pour faciliter le dialogue. « Nous avons créé un groupe de chefs religieux : musulmans, catholiques et protestants afin de créer les conditions du dialogue. Nous nous réunissons régulièrement et essayons de parler directement avec les protagonistes ».

Dans un tel contexte, soutient l’archevêque de Bamako, les chefs religieux ont deux missions principales, à savoir être des sentinelles ou médiateurs et des intercesseurs : «Je crois que les religieux ont deux missions principales : d’un coté, comme le dit Ezéchiel, se comporter en sentinelles, pas en espions mais en sentinelles. Lorsqu’une menace se présente, nous devons avertir et chercher de résoudre le problème avant qu’il n’explose. Il s’agit d’une responsabilité très importante et si nous avons tant de problèmes, cela veut dire que les sentinelles n’ont pas bien travaillé. Ensuite, nous devons être des intercesseurs et lorsque une hostilité existe entre deux groupes, familles ou personnes, faire œuvre de médiation dans la vérité. Il est ensuite fondamental de maintenir toujours vivante la prière pour le pays et pour ses protagonistes afin que Dieu convertisse le cœur. Maintenant, il est possible de dire que le cœur de beaucoup est de pierre. Il nous appartient de le rendre de chair. Les religions chez nous ne sont pas divisées mais elles cherchent une ligne commune afin de favoriser la paix », explique-t-il.

Fidespost

2 commentaires

William 25 juin 2020 at 11 h 40 min

Au Sénégal je ne vois pas de sentinelles mais des complices et des complexés.
Pas d’intercesseurs mais des griots.
Les quelques rares exceptions sont mis à l’écart.
Demain, quand ça va chauffer, qu’aucun hypocrite ne se lève pour appeler à la paix.
Sans Justice, aucune Paix n’est possible.
Prenez soin de la Justice, la Paix grandira d’elle même.

Reply
William 25 juin 2020 at 11 h 44 min

Au Sénégal je ne vois pas de sentinelles mais des complices et des complexés.
Pas d’intercesseurs mais des griots.
Les quelques rares exceptions sont mis à l’écart.
Demain, quand ça va chauffer, qu’aucun hypocrite ne se lève pour appeler à la paix.
Sans Justice, aucune Paix n’est possible.
Prenez soin de la Justice, la Paix grandira d’elle même.

Reply

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite