26 C
Sénégal
31 octobre 2020
FidesPost
VIE CHRETIENNE

Les conditions d’inhumation dans un cimetière catholique : ce qu’il faut savoir

S’il existe une démarche administrative qu’on ne souhaite jamais accomplir de si tôt c’est bien celle liée à l’inhumation d’un proche. Une entreprise guère gaie, mais nécessaire pour effectuer l’enterrement en règle d’un fidèle défunt. Des détails sur comment procéder? A qui s’adresser ? Les frais à payer? Voici les différentes étapes pour faire inhumer un proche au cimetière Saint Lazare, en l’occurrence. Le cimetière de Bel Air étant uniquement ouvert à ceux qui a fait des réservations parce que plein.

Saint Lazare est l’un des cimetières chrétiens, les plus importants de la capitale. Sa gestion est sous la responsabilité de la municipalité de Dakar. Le gestionnaire et les gardiens sont donc à ce titre, des agents municipaux. Pour appuyer la mairie, dans la gestion et l’entretien du site, l’Archevêque de Dakar a instauré, pour sa part, le COGECIC, le Comité de Gestion des Cimetières Chrétiens. Toutes les paroisses de l’Archidiocèse comptent un représentant dans ce comité qui gère également les fossoyeurs.

Il a aussi la charge d’assister les familles éplorées et d’organiser la fête de la Toussaint et les inhumations des prêtres religieux et religieuses en collaboration avec l’Eglise.

Alphonse Thiao, membre du COGECIC revient sur les conditions pour faire inhumer un proche au cimetière Saint Lazare.

« Avant tout, il est important de notifier le décès au curé de la paroisse et au responsable de la communauté ecclésiale de base (CEB). C’est un préalable avant d’entamer les démarches administratives comme l’obtention d’un certificat de décès à l’hôpital ou par le médecin ayant constaté le décès s’il est survenu à domicile. Et avec ce certificat, se rendre à la mairie pour se faire établir un permis d’inhumer », recommande-t-il.

Une fois ces formalités accomplies, poursuit Alphonse, le demandeur devra se présenter également au bureau du gestionnaire du cimetière, muni des deux documents (certificat de décès et permis d’inhumer), pour procéder à l’enregistrement et à la délivrance une demande de concession dont les prix varient entre 14.000 F. CFA pour 2 m² et 100.000 F. CFA pour 4 m².

« Les démarches se poursuivent à travers le paiement de la concession au niveau de la perception municipale et le retour au bureau du gestionnaire avec la quittance. C’est à ce stade qu’il faudra spécifier le format du caveau désiré et finaliser pour la date et l’horaire retenues pour l’enterrement. Pour les caveaux, trois formats sont proposés, à savoir d’une, deux ou trois places qui reviennent respectivement 80.000 F. CFA, 130.000 F. CFA et 250.000 CFA », explique encore le membre du COGECIC. A cela s’ajoutent des frais variables pour l’achat des matériaux et la main d’œuvre des fossoyeurs.

A noter que les réservations ne sont possible qu’en cas de décès, précise encore Alphonse Thiao.

Enfin, concernant l’érection du monument ou d’une stèle, c’est selon les moyens et volontés de la famille du défunt. « Elle reste libre quant au choix de la forme, des matériaux (coquillages, carreaux, granit, marbre..) etc de l’ouvrage, pourvu que les normes dimensionnelles soient respectées( hauteur, longueur, largeur). Le cimetière dispose d’une équipe de spécialistes qualifiés pour effectuer ce type de travaux », rappelle Alphonse Thiao.

Un dernier détail souligné par notre interlocuteur : « Tout chrétien qui le désire peut être enterré au cimetière Saint Lazare. Il n’est pas seulement réservé aux catholiques ».

Rosine F. Ndour

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite