27 C
Sénégal
15 janvier 2021
FidesPost
ACTUALITE Nationale

Le Frère Luc Brunette célèbre son jubilé d’or au Sénégal après 45 ans de présence

Le Frère Luc Brunette, Frère du Sacré-cœur célèbre, samedi 19 décembre 2020, à la chapelle de la Maison Provinciale des Frères du Sacré-cœur au Sénégal, ses 50 ans de vie religieuse. A l’occasion de cet évènement, Fidespsot est allé à la rencontre de ce religieux canadien bien connu dans le milieu éducatif et qui est dans sa 45ème année de présence dans le pays. Dans cet entretien, il évoque son arrivée et son intégration au Sénégal, de son parcours et ses meilleurs souvenirs. Il partage également son regard sur la vie religieuse en général et relève quelques défis qui s’imposent à l’enseignement privé catholique. Il offre, enfin, à nos lecteurs quelques souvenirs de son album personnel.

50 ans de vie religieuse. Quel beau parcours !

Sur ces 50 ans, 44 ont été passées au Sénégal. Les années au Canada, ce sont les années de formation : études du 2nde cycle et études universitaires. L’année 2020-2021 est ma 45e année au Sénégal. Sur les 45 ans au Sénégal j’ai enseigné 10 ans et ensuite on m’a confié la direction d’établissements scolaires.

Qu’est-ce qui est à l’origine de votre consécration dans la vie religieuse ?

En classe de 6e, j’ai eu un frère comme professeur de français et j’ai connu un autre qui s’occupait des enfants de chœur. Je voyais les frères être heureux ensemble dans la vie communautaire. Et ils s’impliquaient le vendredi soir pour animer des loisirs pour les jeunes. Leur dévouement m’a interrogé et m’a stimulé à faire de même.

Comment avez-vous vécu les premiers moments dans la vie religieuse?

J’ai aimé la vie fraternelle et devenir enseignant m’attirait. Dès l’obtention du BAC, j’ai donné mon nom pour venir au Sénégal. Vivre la fraternité universelle me stimulait.

Parlez-nous de votre arrivée au Sénégal

Après le bac, le Supérieur Provincial nous a offert de faire un stage de deux ans avant d’aller faire nos études universitaires. Notre province communautaire avait deux missions : le Sénégal et le Brésil. Peu intéressé à apprendre le portugais, les 3 finissants ont choisi le Sénégal et c’est ainsi que je suis arrivé au Sénégal en fin septembre 1973. On m’avait affecté au Collège René Coly de Bignona mais en arrivant, on m’a dit que c’était changé et je devais aller au Collège Pie XII de Kaolack. Je ne connaissais ni l’un, ni l’autre alors, pas de souci, j’ai accepté. Malgré le contraste du climat et du contexte africain, je me suis vite adapté.

Comment s’est passé votre intégration ?

Étant venu jeune, (j’ai eu 21 ans au Sénégal) je peux dire que je n’ai pas eu trop de difficultés d’adaptation. La Téranga sénégalaise est une réalité que j’ai appréciée. Le climat avec une arrivée en plein hivernage, cela fait un contraste frappant. La chaleur des relations humaines m’a vite fait oublier la chaleur humide du climat. Et puis, l’humidité ne dure pas toute l’année. Malgré la chaleur et les moustiques de Kaolack, j’ai beaucoup aimé mes années à Kaolack. J’ai adoré l’enseignement et l’encadrement des jeunes. Je me souviens qu’à mon arrivée, j’étais allé dans un service administratif et j’ai demandé des renseignements sans dire « Bonjour » d’abord. La personne m’a répondu « Monsieur, on dit d’abord « bonjour » ». Ouf … je devais quitter ma mentalité nord-américaine, pour me rendre compte de l’importance des personnes en les saluant d’abord. Cela a été une belle leçon pour moi.

Votre parcours missionnaire au pays de la Téranga, les faits marquants :

  • De 1973 à 1975 puis de 1978 à 1988, 12 ans au Collège Pie XII de Kaolack. Enseignant de mathématiques et responsable du juvénat des 6e et 5e de 78 à 86. Directeur du collège de 1986 à 1988.

  • De 1988 à 2001, Directeur du Collège St Michel.

  • De 2001 à 2013 Directeur des Cours Sacré-Cœur, de 2013 à 2020 Directeur du Collège Cardinal Hyacinthe Thiandoum et en 2020, retour comme directeur aux Cours Sacré-Cœur.

Vos meilleurs souvenirs

La belle collaboration avec nos collaborateurs laïcs, les excellents résultats scolaires de nos élèves, (les élèves sénégalais sont appliqués et veulent étudier, alors qu’au Canada, les élèves sont plus difficiles), les rencontres avec les anciens élèves qui sont devenus des personnes impliquées dans tous les domaines de la société. On est fier d’avoir contribué, même légèrement, à ce qu’ils sont devenus.

Votre regard sur la vie religieuse au Sénégal en général

La vie religieuse au Sénégal connaît une vitalité certaine. Les jeunes sont généreux et veulent s’engager. Je pense que la vitalité de l’Eglise au Sénégal contribue à former des jeunes catholiques qui se laissent interpeler par la vie religieuse.

Vous êtes dans l’enseignement privé catholique depuis plusieurs années, quelle est votre perception des défis actuels ?

Les défis actuels sont nombreux : l’équilibre financier précaire de plusieurs établissements surtout en zone rurale, l’importance de la formation pédagogique des nouveaux enseignants et aussi la formation continue de tous, l’encadrement pédagogique des enseignants, l’actualisation des programmes scolaires.

Votre message à l’occasion de votre jubilé

Remerciements à Dieu pour ce qu’Il a réalisé à travers mon humble personne. Remerciements à ma famille humaine et ma famille religieuse. Remerciements à tous les collaborateurs laïcs avec qui j’ai œuvré et les nombreux amis qui m’ont soutenu par leur amitié. Ma devise : « Courage et Confiance », « Ma grâce te suffit » ; vient d’une parole de notre fondateur et de St Paul. J’encourage tous et chacun à s’abandonner à Dieu. Il prend soin de tous.

Heureux jubilé, Frère Luc!

Visite de papa et maman avec ses deux jeunes frères André et Marcel
Leur groupe de 11ème année à St Anicet, sur les 12 seuls 2 sont allés au noviciat
En 1959, sur la ferme à St Eugène, avec sa soeur Simone devant la maison
Entrée au juvénat en début septembre 1966
Remise de la médaille du Gouverneur Général lors du passage de Michaël Jean, en janvier 2010, à l’ambassade du Canada. Médailles dédiée à tous les frères canadiens venus au Sénégal (à l’occasion des 50 ans de leur arrivée) et à tous les frères sénégalais qui poursuivent leurs oeuvres

Leur groupe de scolastiques 1972-1973
Première profession le 15 août 1970

Fidespost

5 commentaires

Gueye 15 décembre 2020 at 18 h 35 min

Frère Luc brunette merci pour toute les belles et bonnes choses que vous avez pu faire pour l’enseignement catholique au Sénégal et aux jeunes que vous ne cesser de motiver bon jubilé frère luc et que le seigneur vous le paie au centuple

Reply
Magguy Sagna 15 décembre 2020 at 18 h 42 min

Vous êtes mon idole je vous ai toujours admire que le dieu de Bo te et d’amour vous laisse encore avec nous soyez doublement béni

Reply
Jacques.ka 15 décembre 2020 at 20 h 54 min

Rendons grâce au seigneur pour nous avoir donner de partager à travers notre frère Luc. Je ne sais pas quand on se reverra mais, nous célébrons un don exceptionnel au service des autres. À très bientôt.

Reply
Augustine Sémédo 16 décembre 2020 at 11 h 30 min

Action de grâces ! Merci pour tout ce que vous avez fait pour l’enseignement catholique au Sénégal.
Dieu vous bénisse et vous garde !
Bon jubilé !

Reply
SAMBA P MBAYE 17 décembre 2020 at 0 h 57 min

Frere Luc
Tout ce que je peux dire est que Dieu te protege.Je suis temoin de ton passage au college Pie XII depuis le debut(1973).Tu etais mon professeur de math en 6eme.Et j en passe.Tu as beaucoup fait pour nous tous.On priera toujours pour toi.Que Dieu te donne une longue vie.
Depuis les Etats Unis ton ancien eleve et ami.
Prosper Mbaye

Reply

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite