32 C
Sénégal
21 avril 2021
FidesPost
CONTRIBUTION FOI ET COVID19 Nationale

Le Christ, le sapin et le vaccin (Par Abbé Jean Baptiste Manga, anthropologue)

Ce titre et ce texte s’inspirent d’une caricature du dessinateur et caricaturiste français Fréderic Deligne, qui signe toujours ses caricatures « Deligne ». Dans cette caricature, parue le 16 décembre dernier, et qui a pour titre « Le vaccin arrivera-t-il pour Noël ? », l’on voit une famille : le père, la mère, leur garçon et leur chien. Tous chantent à gorge déployée, le chien lui-même a l’air de suivre puisqu’il a le cou bien dressé vert le haut, «  Mon beau vaccin roi des fessiers ». En face d’eux se dresse une énorme seringue, entourée d’une guirlande avec des boules rouges et au sommet de l’aiguille, une étoile.

L’allusion est bien claire. La seringue a pris la place du sapin et le chant (« mon beau vaccin roi des fessiers ») celle du célèbre chant « Mon beau sapin roi des forêts ». Deligne traduit de façon concentrée dans cette caricature, avec un réalisme extraordinaire, l’actualité dominée depuis des semaines par une campagne vaccinale à travers le monde.

La question du vaccin a été secouée dès le début de la pandémie. L’on se demandait déjà si la découverte d’un vaccin n’accroitrait pas les inégalités entre riches et pauvres. Cependant, la communication autour d’un éventuel vaccin contre la covid 19 a tellement été catastrophique que le crédit vaccinal n’a sans doute jamais été aussi bas.

Ce qui reste surprenant, c’est qu’au bout de quelques mois de recherche, l’on découvre subitement une variété de vaccins pour la même maladie, selon les laboratoires. Bref, c’est là une question de spécialistes tout naturellement ; revenons à l’inspiration de notre caricaturiste. Ce que souligne l’auteur, et j’y adhère parfaitement, c’est que la communication autour d’un vaccin contre la covid 19 et de la nécessité de se faire vacciner pour enfin en finir avec cette maladie, sature l’actualité internationale, au point de reléguer à un plan marginal le sapin.

Lui aussi, le sapin, avait fini de faire de Noël depuis des années une fête bien commerciale. Pourquoi le sapin d’ailleurs ? Comme le dit le célèbre chant de Noël susmentionné, le sapin est dit roi des forêts parce que « quand par l’hiver bois et guérets sont dépouillés de leurs attraits, mon beau sapin, roi des forêts, tu gardes ta parure ». C’est sans doute cette qualité du sapin, de rester toujours vert, même en hiver quand les autres arbres perdent leur feuillage, qui en a fait dans les civilisations préchrétiennes d’Europe un symbole d’espérance. Sans doute aussi pour cette raison qu’entre le XIe et le XIIe siècle cet arbre a été associé à Noël. Mais avec le temps, le sapin a par endroit complètement occulté le vrai sens chrétien de Noël, c’est-à-dire la naissance d’un Sauveur.

Le message de l’ange au berger est bien clair : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur » Lc 2, 9 – 11. La Bonne nouvelle cette année encore 2020, ce n’est pas d’abord la découverte d’un vaccin. La Bonne nouvelle est qu’il est né un Sauveur pour notre monde. Que rien n’occulte ce message fort. Que, ni le sapin, ni le vaccin ne face ombrage à la venue du Christ.

Ce message, il nous appartient à nous chrétiens de le porter au monde comme jadis l’ange aux bergers. Il nous appartient de dire l’origine de la vraie joie de Noël. Le 3e dimanche de l’avent, appelé dimanche « gautete » (dimanche de la joie) nous y invitait déjà à travers la prière d’ouverture à la messe en ces termes : « Tu le vois, Seigneur, ton peuple se prépare à célébrer la naissance de ton Fils ; dirige notre joie vers la joie d’un si grand mystère : pour que nous fêtions notre salut avec un cœur vraiment nouveau ». Mettons le Christ au cœur de Notre Noël et disons au monde « Joyeux Noël », Dieu est avec Nous !

Bonne fête!

Abbé Jean Baptiste Valter MANGA

Curé de la Paroisse Saint Benoît de Néma

Diocèse de Ziguinchor

2 commentaires

Thomas Sanches 24 décembre 2020 at 15 h 38 min

Bonjour,

Cher Abbé, j’ai beaucoup aimé ce texte, qui vous a été inspiré par Dieu, notre Seigneur.

🙏 Amen

Reply
Céline DIENG 25 décembre 2020 at 21 h 36 min

Merci, Abbé
Le message est clair et opportun.
Vive la joie de Noël, et n’acceptons pas nous Chrétiens, qu’elle soit dissipée au gré de quelque circonstance
JOYEUX NOËL A TOUS, UN SAUVEUR, LE SAUVEUR NOUS EST NE, ALLÉLUIA !

Reply

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite