32.1 C
Sénégal
4 décembre 2021
FidesPost
ACTUALITE EGLISE UNIVERSELLE Internationale Nationale

Le Cardinal Sarr dénonce la maladie de la « procurationite » chez les africains

Réagissant au lancement de l’Académie Africaine des Sciences Religieuses, Sociales et Politiques, dont le siège à Dakar, le samedi 13 novembre 2021, Mgr Théodore Adrien Cardinal Sarr, Archevêque émérite de Dakar, a exprimé toute sa satisfaction devant cette institution qui devrait « permettre aux africains de croire en eux-mêmes et de s’affirmer à la face du monde ». Une occasion pour lui de dénoncer la « maladie de la procurationite », c’est-à-dire cette tendance chez les africains « à donner trop de procurations aux autres pour les laisser parler et agir à leur place ». Il est temps que « nous parlions par nous-mêmes et pour nous-mêmes et que nous pensions par nous-mêmes et pour nous-mêmes », a-t-il réclamé.

Cette Académie Africaine des Sciences Religieuses, Sociales et Politiques a pour ambition de perpétuer l’héritage de l’intellectuel sénégalais Alioune Diop (1910-1980), qui a joué un rôle important dans l’émancipation des cultures africaines, à travers sa revue Présence africaine. Il s’agit d’une initiative issue du colloque international « 50 ans après Vatican II, l’Afrique et l’héritage d’Alioune Diop : « Le dialogue des religions et les défis du temps présent », organisé à Dakar en janvier 2016.  Elle est portée par des laïcs engagés, des religieux et aussi de non chrétiens. « Dans son organisation, elle est œcuménique, non confessionnelle dans le choix de ses membres », indiquent les promoteurs.

Cette académie compte aborder, dans ses sujets de réflexion, les défis majeurs de nos sociétés africaines dans les domaines religieux, social, politique, scientifique, culturel et environnemental. Elle entend aussi défendre le pluralisme religieux et culturel tout « en assumant au sein de l’église et de la société une fonction de veille, d’ouverture et de dialogue multiconfessionnel ».

Le cardinal Sarr, présent à la cérémonie de lancement, voit à travers cette nouvelle institution africaine une opportunité pour les africains de croire en eux-mêmes et de s’affirmer à la face du monde. « Cette académie doit permettre aux africains, une fois pour toutes de croire en eux-mêmes et de s’affirmer à la face du monde. Le président Léopold Sédar Senghor et beaucoup d’autres chantres de la Négritude ont commencé quelque chose, la génération d’Alioune Diop a continué le travail. Il nous appartient en tant qu’africains d’aujourd’hui de mener, en quelque sorte, le combat au sommet et nous en avons les moyens. Aujourd’hui, l’Afrique a suffisamment d’intellectuels dans toutes les disciplines et nous avons également des gens qui ont conscience que l’Afrique a des richesses et qui veulent s’appuyer sur ces richesses pour que l’Afrique elle-même se bâtisse », a-t-il déclaré.

Pour l’Archevêque émérite de Dakar, il est donc temps pour les africains d’arrêter d’accorder « trop de procurations aux autres » pour parler et agir à leur place. « J’aime à dire que nous les africains, jusqu’à présent, nous sommes atteints d’une maladie que j’appelle la « procurationite », en ce sens que nous donnons trop de procurations aux autres. Nous laissons les autres penser à notre place. Nous laissons les autres parler pour nous, nous laissons aussi les autres faire à notre place. Ça suffit. Il faut que nous pensions par nous-mêmes et pour nous-mêmes. Que nous parlions par nous-mêmes et pour nous-mêmes et que nous pensions par nous-mêmes et pour nous-mêmes. Nous sommes trop dépendants des autres ».

Dans ce sens, l’ancien locataire de la Résidence « Les Badamiers », compte sur cette académie pour « aider avec les intellectuels que nous avons dans toutes les disciplines où nous sommes bien ancrées à vraiment bâtir maintenant une Afrique nouvelle qui doit venir. Il le faut. Ainsi, elle pourra s’affirmer à la face du monde, apporter quelque chose au monde et arrêter de croire qu’on doit toujours recevoir des autres ».

Fidespost

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite