36 C
Sénégal
31 octobre 2020
FidesPost
CONTRIBUTION

La révolution féminine en Biélorussie est extraordinaire mais doit être influente en Afrique !!! (Par Blaise Guignane Sène)

Maria Kolesnikova et Svetlana Tikhanovskaya, ces noms de femmes qui secouent la vie politique en Biélorussie et qui réveillent le génie indo-européen.

En effet, le premier constat,de tout homme, de toute femme et de l’humain en général est le courage qui anime cette armée d’ amazones biélorusses.

L’on n’a point besoin d’y être pour voir ou entendre. L’actualité internationale, au-delà du débat sur les troisièmes mandats africains,nous édifie et nous interpelle directement. Elle interpelle nos consciences et en même temps nos braves amazones africaines.

Un fait inédit, et rarissime peut-être en Afrique,est constant dans ce pays de l’Europe de l’est : des femmes, d’une pugnacité unique, assiègent la rue au nom de la liberté. Bravant ainsi un pouvoir aux commandes depuis 26 ans, elles luttent chaque jour pour un déservissement total. Il ne se passe un jour sans que des amazones soient dans les ruelles biélorusses pour affirmer leur liberté et leur indépendance.

Si les évènements restent étrangers et loin de nos regards, la quintessence nous est familière au Sénégal et en Afrique : le combat quotidien pour la liberté de la femme dans la vie sociale et surtout son implication dans la politique. En effet l’image de la femme biélorusse Svetlana Tikhanovskaya, bouleversant la vie politique biélorusse après l’arrestation de son mari, est un exemple de patriotisme unique mais bien réalisable dans nos sociétés.Aujourd’hui, malgré un exil forcé et nécessaire pour sa vie,elle inspire et continue de créer les conditions d’émancipation et de libération.Des femmes de tout bord et de tout âge affrontent dignement les forces de l’ordre dans le seul but de réclamer leurs droits: le droit à la liberté,le droit à des élections libres et transparentes, le droit à l’exercice de la magistrature suprême, malheureusement beaucoup d’entre elles sont arrêtées et violemment battues.

Seule la lutte libère, dit-on !

Quelle lutte? Celle qui provoque la peur et qui décline des ambitions véridiques et générales.Une lutte intelligente et influente est entrain d’être menée en Biélorussie.La gente féminine au devant de la scène nous donne des idées et nous interpelle : quelle place accorde-t-on à la femme dans nos structures et formations politiques africaines ? Quelles initiatives féminines assez influentes dans nos sociétés face à des dérives politiciennes et égoïstes ? Pensons-nous très souvent à confier, par exemple, notre destinée politique à une équipe féminine ? Notre gente féminine,exerce-t-elle à suffisance ses droits,même les plus élémentaires ? Notre société, est-elle prête à accepter la domination féminine ? Nos religions, sont-elles assez tolérantes envers les femmes? Sont-elles prêtes à gérer le volet spirituel ?

Tant de questions nous taraudent les méninges en voyant les femmes biélorusses prendre en charge leur destin et celui des générations futures.

Notre statut de classique a motivé ces propos: le biélorusse étant une langue indo-européenne comme le latin et le grec anciens. Nous n’avons donc pas pu résister à la tentation comparative entre les femmes biélorusses et les amazones de la mythologie grecque (femmes guerrières).

Blaise Guignane SÉNE

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite