30 C
Sénégal
24 octobre 2020
FidesPost
VIE CHRETIENNE

La Médaille Miraculeuse : le sens de ses symboles et la promesse de la Vierge Marie

Le 27 novembre 1830, la Très Sainte Vierge apparut à une jeune religieuse de la Charité à Paris, rue du Bac. Elle lui ordonna de faire frapper une médaille à l’effigie qu’elle lui montra. Sainte Catherine Labouré, en religion sœur Catherine de la Charité, s’exécuta. Cet évènement préparait en même temps le peuple chrétien à la définition dogme de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie en 1854, par le pape Pie IX.

La Médaille miraculeuse représente l’Immaculée Mère de Dieu, répandant les grâces célestes de ses mains ouvertes et écrasant la tête du serpent de son pied. L’invocation suivante lui est associée : « O Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous ».

Sur son revers, elle porte une initiale et des dessins qui nous introduisent dans le secret de Marie.

La lettre « M » surmontée d’une croix est l’initiale de Marie, la croix est la Croix du Christ. Les deux signes enlacés montrent le rapport indissoluble qui lie le Christ à sa très sainte Mère. Marie est associée à la mission du Salut de l’humanité par son Fils Jésus et participe par sa compassion à l’acte même du sacrifice rédempteur du Christ.

En bas, deux cœurs, l’un entouré d’une couronne d’épines, l’autre transpercé d’un glaive. 
Le cœur couronné d’épines est le Cœur de Jésus. Il rappelle l’épisode cruel de la Passion du Christ raconté dans les évangiles, avant sa mise à mort. Il signifie sa Passion d’amour pour les hommes.
 Le cœur percé d’un glaive est le Cœur de Marie, sa Mère. Il rappelle la prophétie de Siméon racontée dans les évangiles, le jour de la Présentation de Jésus au temple de Jérusalem par Marie et Joseph (cf. Luc 2,35). Il signifie l’amour du Christ qui habite Marie et son amour pour nous : pour notre Salut, elle accepte le sacrifice de son propre Fils.
 Le rapprochement des deux Cœurs exprime que la vie de Marie est vie d’intimité avec Jésus.

Douze étoiles sont gravées au pourtour.
 On reconnaît la vision évoquée par l’Apocalypse, au chapitre 12,1 : « Un signe grandiose apparut dans le ciel : une femme environnée de soleil, douze étoiles la couronnent ». Dans l’Apocalypse, cette femme est l’Église et, à travers elle, plus discrètement, la Mère du Christ, qui la personnifie. Elles correspondent aux douze apôtres et représentent l’Eglise. Etre d’Eglise, c’est aimer le Christ et participer à sa passion pour le Salut du monde. Chaque baptisé est invité à s’associer à la mission du Christ en unissant son cœur aux Cœurs de Jésus et de Marie.

Lors de son apparition la Vierge fit la promesse suivante : « faites, faites frapper une médaille sur ce modèle, toutes les personnes qui la porteront recevront de grandes grâces ; en la portant au cou, les grâces seront abondantes pour les personnes qui la porteront avec confiance ».

Toutefois, la médaille miraculeuse reste un appel à la conscience de chacun, pour qu’il choisisse, comme le Christ et Marie, la voie de l’amour jusqu’au don total de soi.

En effet, précise la Congrégation pour le Culte divin et la Discipline des Sacrements: « La « médaille miraculeuse », comme les autres médailles de la Vierge ou les autres objets de culte, ne doit pas être considérée comme un talisman, ce qui conduirait les fidèles à une vaine crédulité. La promesse de la Vierge Marie, selon laquelle « les personnes qui porteront la médaille recevront de grandes grâces », exige de la part des fidèles une adhésion humble et fidèle au message chrétien, une prière persévérante et confiante, et une conduite morale cohérente » (cf. Directoire sur la piété populaire 206).

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite