32.1 C
Sénégal
4 décembre 2021
FidesPost
ACTUALITE EGLISE UNIVERSELLE Nationale VIE CHRETIENNE

La fraternité sacerdotale revue à nouveaux frais par le Père Paul Bakary Mané

D’avoir pris part à cette retraite sacerdotale organisée conjointement, en deux deux temps entre le 8 et le 22, par le clergé des diocèses de Kolda et Ziguinchor,  m’a fait beaucoup de bien. J’ose d’ailleurs conjecturer que tous les participants à cette halte spirituelle ont été littéralement bouleversés par l’exploitation qu’aura faite le Père Paul Bakary Mané, Responsable du Foyer de Charité de Sindone, du thème « La fraternité sacerdotale au service de la mission ». En effet, dans un langage simple, loin du piège de l’abstrait, le Père, en homme averti, a su nous faire descendre « dans la pâte humaine » pour considérer le concret de « la fraternité comme don et tâche à accomplir ». Les exemples ne lui ont guère manqué pour nous amener à revoir nos équipes sacerdotales qui, pour lui, sont de « véritables laboratoires de la fraternité » à vivre et à porter aux autres. Citant Lumen Gentium 8, le Père Paul nous a rappelé le caractère fondamental de « la fraternité qui lie entre eux tous les prêtres en raison de leur communauté d’ordination et de mission ».

En outre, il a insisté sur le fait que la fraternité sacerdotale, bâtie sur la Parole de Dieu, toujours nouvelle, la prière et les sacrements, et qui se vérifie dans la vie quotidienne ordinaire, rend les prêtres stables, fiables et crédibles au milieu d’un monde qui a plus besoin de témoins de l’Évangile que d’hommes et de femmes qui se contentent d’en faire le récit. Des considérations générales de la dernière encyclique du Pape François, « Fratelli tutti », ont été pour notre prédicateur une occasion privilégiée de revenir sur le caractère non facultatif de la fraternité et de l’amitié sociale pour la construction d’un avenir meilleur pour tous. Le prêtre, appelé à la bienveillance, sous tous ses aspects, envers ses confrères, mais aussi envers ceux et celles qu’il a reçu mission de servir, devient plus efficace lorsqu’il a compris « qu’aucun prêtre n’est à même d’accomplir toute sa mission isolément, sans l’appui des autres » (cf. Presbyterorum ordinis, 7).

À l’ère de « Fratelli tutti », le prêtre, s’il veut être cohérent et partant crédible, n’a d’autre choix que de donner toute sa place à la fraternité en Christ, qui fonde sa communauté sacerdotale, avec des confrères qu’il n’a pas choisis, pour, ensuite, la faire briller dans le peuple de Dieu. Conscient que la mission du prêtre n’est jamais sans difficulté, il a exhorté ses frères, que nous sommes, à rester forts devant les épreuves en cherchant toujours à y lire les signes des temps, en vue d’une réelle conversion des cœurs, des mentalités et notre agir pastoral, pour la gloire de Dieu et le salut du monde. Des mots comme  « dialogue »« rencontre », « échange », « partage », « connaissance et estime mutuelles » « pardon », « patience », « soutien », « attention », « respect », « amour », « humilité », « dépassement », « confiance » et « joie »  sont souvent revenus dans l’enseignement du Père comme étant à la base d’une équipe sacerdotale solide, véritablement fraternelle et apte à la mission que Jésus Christ confie aux hommes qu’il s’est choisi pour qu’ils soient ses prêtres, c’est-à-dire « d’autres Lui-même », et donc son prolongement dans un monde qui a encore soif de son action consolatrice, libératrice et salvatrice.

Son appel retentissant à « demeurer dans la Parole de Dieu » (Jn 8, 31-32 ; Jn 14, 7-8 ; Col 3, 1-16), afin d’en savourer les bénéfices, à travers ses attributs, était réel qui venait du cru de son expérience sacerdotale. Pour finir, le Père Paul, après nous avoir invités à un profond examen de conscience, sous l’éclairage de l’Esprit Saint, quant à notre manière de concevoir et de vivre la fraternité sacerdotale, qui ne doit nullement être un vain mot, nous a fait comprendre qu’elle était en réalité à apprendre chaque jour.

Je n’ai pas de doute qu’une bonne appropriation de  l’enseignement reçu pendant ce temps de retraite, dans le cadre enchanteur du Foyer de Charité de Sindone, avec un Père rompu à la tâche, donnera un souffle nouveau à plus d’une équipe sacerdotale, pour une année pastorale réussie, à la saveur du Synode des Évêques sur la Synodalité, un temps de renouveau offert à l’Église pour qu’elle soit, toujours et partout, à travers tous ses fils sans exception (prêtres, religieux-ses et fidèles laïcs), le signe visible de la présence  invisible du Christ dans le monde.

Abbé Séraphin-Raphaël NTAB

Prêtre diocésain de Kolda

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite