30.2 C
Sénégal
5 décembre 2022
CONTRIBUTION

La Covid-19, puis la guerre en Ukraine et maintenant Qatar 2022 : ainsi va le monde (Par Donald ZAGORE)

Hier, toute l’attention était axée sur l’épidémie de la Covid-19. Dans les médias, dans les salons, dans les rues, tout le monde battait et dé-battait de cette crise sanitaire sans pareille qui a arrêté la vie de milliard de personnes.

Soudain, la guerre en Ukraine éclate. Le centre d’intérêt est passé de manière brusque sur cette sale guerre. Plus aucun média ne fait cas de la Covid-19. Dans les salons, dans les rues, tout le monde ne parle que du « démon » Poutine qui trouble la quiétude de milliard de personnes avec ses armes aux noms vraiment démoniaques : « Satan 1, Satan 2 » etc… À cause de lui, « les anges » ne dorment plus, ils n’ont même plus le temps de manger et ainsi se réalise la prophétie du Christ : « Il y a des démons qu’on ne chasse que par le jeûne… » (Mt 17,21).

Puis, voilà la coupe du monde au Qatar depuis quelques heures. Une coupe du monde à couper le souffle. Du désert à jaillit la vie. Du néant, l’être est venu à l’existence. Tous les regards sont maintenant au Qatar et tourné vers les qataris, ces faiseurs de miracles. On respire football, on respire richesse, on respire puissance. Enfin, la vie est célébrée dans ses plus belles pages. La guerre en Ukraine est désormais en arrière-plan. Il a été même demandé aux « policiers du monde », toujours avec leur arme fétiche de guerre « droits de l’homme » de se taire. Comme dit l’ivoirien : « on n’est venu pour s’amuser, celui qui veut faire palabre on s’en fou de lui… ».

En attendant le prochain centre d’attraction, prenons conscience que dans ce monde-ci tout se gère au gré du vent, comme une feuille qui se laisse emporter par un cours d’eau.

Père Donald ZAGORE, sma

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite