32.1 C
Sénégal
4 décembre 2021
FidesPost
ACTUALITE EGLISE UNIVERSELLE Nationale VIE CHRETIENNE

Journée Mondiale Missionnaire : « Une vie chrétienne ancrée dans la prière est une vie véritablement missionnaire » (Abbé Augustin Thiaw)

Abbé Augustin Thiaw, Secrétaire Général de la Conférence épiscopale du Sénégal, a encouragé les fidèles, à l’occasion de la Journée Mondiale Missionnaire, célébrée le dimanche 24 octobre, cette année, à « cultiver cette dimension ecclésiale de la mission qui est la nôtre, dans nos différentes façons de faire « Église » » sans toutefois oublier de « redoubler d’effort dans la prière ». C’est elle qui, selon lui, éclaire et qui soutient leurs différents engagements missionnaires. « L’Église a besoin de chrétiens engagés en politique, dans le social et l’économique, mais qui prient ; des chrétiens engagés dans la vie paroissiale, mais qui aiment prier ; des prêtres, religieux et religieuses qui sont de véritables entraîneurs dans l’exercice spirituel de la prière. Car une vie chrétienne ancrée dans la prière est une vie véritablement missionnaire à l’exemple de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus », a-t-il soutenu dans son homélie que Fidespost vous propose en intégralité.

Chers frères et sœurs en Jésus-Christ. Dimanche dernier, nous avons procédé, au niveau de nos Églises locales, à l’ouverture officielle du cheminement synodal proposé par le Saint Père, le Pape François, à toute la communauté des baptisés. Cheminement synodal qui veut dire marcher ensemble et réussir ensemble la mission que Dieu assigne à son Église, mission dont nous sommes aujourd’hui les témoins. C’est ainsi qu’autour du thème : « Pour une Église synodale : Communion, Participation et Mission », le Saint Père veut nous convoquer, tous, sur l’urgence de nous mettre en route, ensemble, Évêques, prêtres, diacres, religieux, religieuses, fidèles laïcs, pour être à l’écoute de l’Esprit Saint, dans la prière, la méditation de la Parole de Dieu et l’échange mutuel et fraternel, pour ensemble trouver des orientations pastorales qui correspondent au projet de Dieu pour son Église, en ce 3ème millénaire.

Le contexte, dans lequel nous vivons et dans lequel notre Église est envoyée en mission aujourd’hui, est marqué par de nombreuses et multiformes crises, dont la pandémie de Covid-19 et ses conséquences, les guerres interminables et l’intégrisme religieux, le phénomène de la corruption et de la mal gouvernance dont les conséquences ne cessent de créer encore des pauvres, des malheureux, des désespérés, de par le monde.  Bref, un monde difficile et complexe. C’est dans ce milieu que nous sommes envoyés, comme chrétiens, disciples du Christ-Sauveur, pour témoigner de l’espérance qui nous anime, espérance qui est né de la force de l’amour de Dieu pour nous, dont la présence paternelle nous donne de l’assurance dans la mission.

« Il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu » : C’est le thème que le Pape François a choisi pour l’animation de cette journée dédiée à la mission universelle de l’Église. Le contexte de cette parole remplie de conviction nous plonge dans l’histoire de la première communauté chrétienne autour des Apôtres, Pierre et Jean, dans le Livre des Actes des Apôtres (Ac 4, 20). Ils sont emprisonnés à cause de leur prédication sur la personne de Jésus ; ils sont ensuite convoqués devant le tribunal du peuple, composé des chefs juifs, des anciens et des scribes, en présence du grand-prêtre Anne, de Caïphe et de bien d’autres dignitaires. Ils sont alors menacés de mort, s’ils continuaient encore à parler de Jésus de Nazareth. Mais, contre toute attente, remplis de la force de l’Esprit Saint, et confiants en la réalisation des promesses de Dieu en faveur de son peuple, promesses accomplies dans le mystère de la mort et de la résurrection de Jésus, les Apôtres ont choisi de rester fidèles à ce qu’ils ont vu et entendu. C’est ainsi qu’ils ont donné cette réponse qui reste à jamais gravée dans la mémoire de l’Église : « S’il est juste aux yeux de Dieu de vous obéir plutôt qu’à Lui, à vous d’en juger, disent-ils aux membres du tribunal.  Quant à nous, nous ne pouvons pas ne pas oublier ce que nous avons vu et entendu » (Ac 4, 19-20).

En réalité, qu’est-ce que les Apôtres ont pu voir et entendre, et qui leur donne autant de courage pour oser affronter cette assemblée qui leur est austère ? Quelle motivation ont-ils donc reçu, au risque de se faire tuer au nom de Jésus ?

Tout part de leur expérience, quand ils ont eu la grâce de côtoyer Jésus, depuis son baptême jusqu’à sa mise à mort. Ils furent témoins des nombreux miracles opérés par Jésus, en faveur des pauvres du pays, comme Bartimée, pour réaliser, en sa personne, ce que les prophètes avaient jadis annoncé : « les boiteux marchent, les aveugles voient, les sourds entendent : la Bonne nouvelle est annoncée aux pauvres ; Dieu est avec nous » (Mt 11, 5).  En outre, les Apôtres ont mangé et bu avec le Ressuscité qui leur a donné le mandat d’aller, dans le monde entier, annoncer la Bonne Nouvelle du Salut. Enfin, ils ont reçu de lui l’assurance qu’il demeure avec eux, tous les jours, jusqu’à la fin des temps. Autant de raisons qui expliquent le pourquoi de leur motivation comme disciples, comme Apôtres, envoyés pour la mission.

Nous héritons, mes chers frères et sœurs, de cette même mission, en tant que communauté de baptisés. Au sein de l’Église, nous sommes tous missionnaires. Cette journée nous donne alors l’occasion de mieux cultiver cette dimension ecclésiale de la mission qui est la nôtre, dans nos différentes façons de faire « Église », au niveau paroissial et diocésain, au niveau de nos Communautés Ecclésiales de base (CEB), de nos groupes de prières et Associations ; dimension ecclésiale qui constitue un préalable pour répondre convenablement aux exigences de la Mission qui nous est confiée comme baptisés : d’une part, exigences de communion et d’un vécu d’amour entre frères et sœurs en Christ ; et d’autre part, exigences d’ouverture aux autres, dans un parfait esprit de dialogue et de respect mutuel, pour leur témoigner de la compassion de Dieu, son désir de les sauver tous.  En considérant la vie actuelle des hommes, nous reconnaissons que beaucoup d’entre eux sont désespérés, non pas à cause d’un manque physique, comme la subsistance matérielle ou financière, mais surtout à cause d’un vide intérieur, d’une absence douloureusement ressentie de la présence de Dieu comme un Père aimant, un Père miséricordieux et compatissant, dans leur vie. Envers tous, croyants comme non croyants, nous sommes appelés à aller pour leur annoncer et communiquer la vie divine, non pas comme un produit à vendre ou une marchandise à monnayer, mais comme un témoignage à partager, une richesse à donner, dans un total esprit de générosité et de gratuité. Sur ce, nous n’avons pas besoin d’être parfaits et irréprochables pour être missionnaires, car, comme nous le rappelle le Pape François, « même les plus fragiles, les plus limités et les plus blessés peuvent être missionnaires à leur manière, parce qu’il faut toujours laisser le bien se communiquer, même s’il coexiste avec de nombreuses fragilités » (Exhortation Apostolique Sur la Jeunesse « Christus vivit », n°239).

Notre monde actuel a besoin de s’enraciner dans la foi, l’espérance et la charité, comme dons de Dieu, pour vivre dans la paix et la justice sociale. Comme baptisés, nous sommes mandatés pour lui donner ce pain véritable dont il a besoin pour vivre.

Dans le cadre de cette journée dédiée à la mission universelle de l’Église, redoublons également d’effort dans la prière. C’est elle qui éclaire et qui soutient nos différents engagements missionnaires, tant au niveau social, économique, politique qu’ecclésial. L’Église a besoin de chrétiens engagés en politique, dans le social et l’économique, mais qui prient ; des chrétiens engagés dans la vie paroissiale, mais qui aiment prier ; des prêtres, religieux et religieuses qui sont de véritables entraîneurs dans l’exercice spirituel de la prière.  Car une vie chrétienne ancrée dans la prière est une vie véritablement missionnaire à l’exemple de Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus.

Prions sans cesse et agissons avec abnégation et générosité, pour que le Règne de Dieu s’étende dans le cœur de l’humanité, afin que tous les hommes aient une confiance solide à l’égard de Dieu, le Père de Notre Seigneur Jésus-Christ, par la foi.

Maintenant et pour les siècles des siècles. Amen.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite