Ascension: «Cette fête nous renvoie à nos engagements au cœur de ce monde»

40 jours après Pâques, mais toujours dans le temps pascal, les catholiques célèbrent l’Ascension, la montée de Jésus-Christ au ciel. Cette fête sera célébrée, demain, jeudi 21 mai 2020. Frère Romuald Gueye, Frère du Sacré-Coeur et bibliste de formation, explique le sens de l’événement. Il indique également quelques implications sociales cette importante fête dans la vie sociale des chrétiens. Frère Romuald est actuellement responsable du noviciat des Frères du Sacré-Coeur.

Nous savons grâce au livre des Actes des Apôtres, que l’Ascension a eu lieu au Mont des Oliviers quarante jours après Pâques. Cette célébration de l’Ascension vient donc compléter la fête de Pâques et prélude à la Pentecôte qui clôture le temps pascal. Nous sommes en Galilée, les apôtres sont au lieu du rendez-vous qui leur a été fixé par le Ressuscité. Après plusieurs apparitions, le moment est venu pour Jésus de partir. Depuis sa résurrection, il les a préparés à maintenir le flambeau de la mission après lui, avec l’aide du Paraclet. Quel sens pourrait-on donné à cet événement ? Quelles implications sociales pour nous chrétiens ?

Sens de l’évènement

Jésus choisit la montagne, lieu par excellence de la rencontre avec Dieu, pour monter aux cieux devant eux. En le voyant, ils se prosternèrent : attitude d’abaissement, d’humilité, de révérence du croyant, face Dieu. À travers cette expression corporelle, ils reconnaissent la Seigneurie de Jésus bien que le doute subsiste encore chez certains. Il s’approcha d’eux pour leur annoncer : l’autorité suprême, le pouvoir par excellence qu’il a reçu, et duquel tout autre pouvoir découle. Sa résistance face à Satan qui lui proposait tous les royaumes de la terre est récompensée. Après sa mort et sa résurrection, toute autorité dans le ciel et sur la terre, lui est attribuée. Voilà pourquoi, il les envoie à son tour : « Allez ! De toutes les Nations : Faites des disciples, baptisez-les au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit … ».

Toutes les nations sont invitées à devenir disciples en accueillant l’enseignement des apôtres. La formule trinitaire qui accompagne le baptême, nous renvoie au baptême de Jésus lui-même, où l’Esprit fait son apparition et la voix du ciel vient confirmer la relation filiale entre le Père et le Fils.

Pour les juifs relisant continuellement l’Écriture, l’événement de l’Ascension a une signification évidente : monter aux cieux équivaut à entrer dans le domaine de Dieu et par conséquent, à entrer dans sa gloire. À travers l’Ascension, s’exprime visiblement tout ce qui s’est réalisé grâce à la Résurrection. Toutefois, ce départ ne peut être compris comme un abandon. « Il nous a précédés dans la gloire et c’est là que nous vivons en espérance » (l’oraison d’ouverture). Il leur promet non seulement l’Esprit Saint, mais également sa présence tous les jours jusqu’à la fin du monde.

Implications sociales pour nous chrétiens

À l’Ascension les onze apôtres ont reçu leur mission de celui qui a tout pouvoir. Le Christ est monté au ciel et leur a donné mandat de répandre l’Évangile. Ils sont appelés à descendre de la montagne, pour assumer le moment venu la charge qui est la leur : enseigner et baptiser. Ils sont invités à passer de la contemplation du ciel à l’engagement.

De même pour nous chrétiens baptisés et confirmés, cette fête bien qu’elle invite à la contemplation, nous renvoie à nos engagements au cœur de ce monde. La mission ne peut plus attendre puisqu’elle doit parvenir aux extrémités de la terre. Nous avons à répondre chaque jour au rendez-vous du Christ dans l’Écriture, la liturgie et la prière. N’est-ce pas là aujourd’hui où se trouve notre montagne, le lieu privilégié de la rencontre avec Dieu ? N’est-ce là les sources où nous pouvons puiser les forces nécessaires pour accomplir notre mission. Au cœur de la lecture et de la méditation de la parole de Dieu se produit le discernement qui pousse à poser des actions concrètes dans notre milieu. Nous sommes renvoyés à nos tâches et à notre mission de témoins de Celui qui n’est qu’amour, justice, paix et miséricorde. Témoins agissants de celui qui se fait proche de tous et qui a soulagé toutes sortes de maux. Voilà les signes de l’avènement du Royaume déjà là, bien que pas encore.

L’ascension nous révèle que l’amour est plus fort que la haine et que Dieu est plus fort que le mal sur toutes ses formes.

Nous sommes donc invités à nous engager entièrement pour lutter contre le mal, la haine, l’injustice, le mensonge et promouvoir l’amour, la paix, la justice et la vérité au sein de notre société. Notre action n’a pas de frontière parce que nous sommes désormais témoins du Christ qui veut le salut de tout le genre humain.

Habités par l’Esprit de Dieu, nous n’avons plus à avoir peur mais à marcher en véritables disciples sur les traces du Maître. Nous laisser transformer de l’intérieur par l’Esprit en vue de transformer le monde en le réconciliant avec Dieu. Ainsi notre contemplation en tant que corps du Christ, ne sera pas évasion, mais point de départ d’un engagement sans précédent au service de « l’homme et de tout homme ».

Frère Romuald Gueye

A propos Fides 520 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.