Tous les chrétiens sont–ils des éternels amoureux?

Ne ditons pas que le christianisme est la religion de l’amour puisque son fondateur lui-même est perçu comme le principe même de l’amour. Comme dit St Jean, « Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour » (1 Jn 4, 8).

En vérité, pour être compagnon de Dieu, il faut être un amoureux, puisque Dieu est l’amoureux par excellence comme en témoigne St Jean, l’évangéliste de l’amour par excellence, « Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle.» (Jn 3, 16). Là où est l’amour, est Dieu comme le dit cette maxime latine : Ubi caritas et amor, Deus ibi est.

Le grand défi est de clarifier ce que nous entendons par amour dans notre dynamique chrétienne. Il faut reconnaitre que ce concept ‘amour’ peut parfois être ambiguë et complexe. Dans son encyclique « Dieu est Amour », le Pape Benoit VI distingue trois types d’amour qu’il ne faut pas confondre. Il y a l’amour Philia, comme amitié, l’amour  érôs, comme libidinal et l’amour agapè, comme amour de Dieu pour l’homme. 

L’amour dont les chrétiens sont désormais sujets et objets n’est ni philia, ni érôs, mais bien agapè. Un amour qui élève l’homme à la perfection de sa nature et qui lui permet transformer son désir du beau en soif du bien, son plaisir charnel en extase de l’âme et son besoin de sexualité en recherche de Dieu. Tel est le chemin de perfection que tous sommes appelés à réaliser, encore plus  les chrétiens, éternels amoureux.

Bonne fête de l’amour!

P. Donald ZAGORE, sma

A propos Fides 412 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.