Pourquoi l’Eglise catholique a retiré la fête de saint Valentin de son calendrier liturgique ?

Contrairement à ce que prévoit le calendrier civil, le 14 février l’Eglise célèbre les saints Cyrille et Méthodes, deux frères qui évangélisèrent les slaves au IXe siècle. En effet, c’est depuis 1969, à la faveur de la réforme liturgique initiée par le Pape Paul VI, à l’issue du Concile Vatican II, que l’ensemble des fêtes des saints dont l’histoire demeure obscure, comme saint Valentin, a été retiré du calendrier liturgique. Mais cela n’a pas eu raison de l’engouement autour de la saint Valentin dont l’ampleur est aujourd’hui planétaire. Dans certains diocèses comme dans plusieurs paroisses, c’est l’occasion de réunir des couples et des fiancés pour parler de l’amour et de prier pour eux.


Il faut tout d’abord savoir que plusieurs Valentin sont célébrés à la date du 14 février. Mais celui qui est évoqué à la fête des amoureux est plutôt saint Valentin de Terni, un prêtre thaumaturge qui vivait au IIIème siècle sous le règne de l’empereur romain Claude II, dit le Gothique, informe le Martyrologue romain. Il était invoqué pour la guérison des épileptiques.

Mais outre ses talents de guérisseur, saint Valentin est également le patron des apiculteurs et des fiancés. En 269, saint Valentin aurait été arrêté, flagellé, emprisonné puis décapité par ordre de Placide, préfet de Terni.

Le lien avec la fête des amoureux

Concernant, ensuite, le lien entre saint Valentin et les amoureux, il existe plusieurs hypothèses qui se superposent et qui relèvent toutes de la légende, pour tenter de le justifier.


Certaines d’entre elles soutiennent que saint Valentin, patron des amoureux, a été le fer de lance de l’Église, et plus particulièrement du Pape Gélase Ier (vers 498) pour contrecarrer la fête païenne des Lupercales, célébrée le 15 février. En effet, durant cette fête en l’honneur de Faunus un bouc était sacrifié dans la grotte du Lupercal, puis les prêtres de Faunus enivrés couraient dans les rues avec des lambeaux de peau de chèvre avec lesquels ils touchaient les passants. Pour une jeune femme, être touchée pouvait garantir la fertilité et faciliter l’accouchement. Toutefois, et même si la fête païenne fut progressivement remplacée par la fête chrétienne, la saint Valentin ne semble pas avoir été consacrée aux couples à cette époque.


D’autres hypothèses expliquent que ce lien aurait fait son apparition au Moyen-âge, vers le XIVe siècle, alors que l’on considérait que le 14 février correspondait à la saison des amours chez les oiseaux : la fête du saint correspondait donc à une période de mise en couple. En référence à cette vision, les jeunes gens s’échangeaient mutuellement des déclarations amoureuses.


D’autres se basent, enfin, sur l’histoire selon laquelle saint Valentin fut arrêté parce qu’il célébrait des mariages alors que Claude II les avait interdits à ses soldats. On raconte qu’il rendit la vue à la fille de son geôlier qui venait le visiter quotidiennement pour qu’il lui décrivît le monde : avant d’être décapité, le saint lui aurait fait parvenir un billet signé « Ton Valentin ». La ferveur nouvelle des amoureux envers saint Valentin aurait entrainé l’officialisation de ce patronage par l’Église à la fin du XIVème siècle sous le Pape Alexandre IV.

Autant de légendes qui ont amené l’Eglise catholique à supprimer la fête de saint Valentin de son calendrier liturgique. Le 14 février constitue, certes, une belle occasion de rassembler, aujourd’hui, des couples et des fiancés pour partager la vision chrétienne de l’amour mais elle est également une grande opportunité commerciales pour certains affairistes.

A propos Fides 412 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.