Qu’est-ce que la Lectio Divina et comment procéder ?

La lectio divina est tout simplement une lecture priante des textes bibliques, une manière de prier avec les Saintes Écritures. Car la Parole Dieu, lue et accueillie dans la foi, permette d’entrer en dialogue avec la parole de Dieu, d’alimenter et de creuser sa relation avec le Dieu vivant et avec le Christ ressuscité. Le dernier synode des évêques, qui s’est tenu à Rome à l’automne 2008 et qui portait sur la parole de Dieu, a justement chaudement encouragé tous les fidèles à s’adonner à la lectio divina.

La lectio divina, temps de prière, de partage, de méditation ou de rumination de la Parole de Dieu, remonte aux débuts du christianisme. Le premier à utiliser l’expression « lectio divina » a été le théologien Origène (185-254) qui affirmait que pour lire la Bible de manière profitable il était nécessaire de le faire avec attention, constance et prière. Elle est proposée à tous les fidèles et non pas seulement au clergé ou au religieux et religieuses.

En effet, « la Parole de Dieu est la base de toute spiritualité chrétienne authentique ». Et « la lectio divina est capable d’ouvrir au fidèle le trésor de la Parole de Dieu et de provoquer ainsi la rencontre avec le Christ, Parole divine vivante », écrit Benoît XVI dans Verbum Domini, n°87.

Comment procéder ?

Avant de se lancer, il convient de se mettre dans une ambiance favorable au recueillement et à la prière, avec l’assistance du Saint Esprit. Procéder au choix du texte biblique soit directement dans la Bible ou le lectionnaire (les textes prévus pour la messe quotidienne.

N’oubliez pas de choisir un lieu calme et de vous fixer un temps à consacrer à cet exercice, à un moment de la journée. Tout dépendra de votre de votre cœur et de votre disponibilité : 20 mn, 30 ou 45 mn ? A vous de voir.

Une fois que tout cela est établi, la première chose à faire est d’invoquer l’Esprit Saint. Lui seul peut faire résonner la parole de Dieu aux oreilles de notre cœur. Lui seul peut nous amener à entendre la voix du Dieu vivant à travers les mots de ces vieux textes. On invite donc l’Esprit Saint qui nous habite déjà à nous mettre en communion, en relation avec le Seigneur.

Les étapes de la lectio divina (cf. Benoît XVI, Verbum Domini, 89)

La lectio divina comporte quatre étapes fondamentales à savoir : la lectio (lecture), la meditatio (méditation), l’oratio (prière), la contemplatio (adoration). La mise en place de ces quatre « degrés » de la lectio divina date du XIIe siècle. Vers l’an 1150, Guido, un moine chartreux écrivit un ouvrage intitulé « l’échelle des moines », dans lequel il exposait la théorie des quatre degrés : la lecture, la méditation, la prière et la contemplation. On rajoute aujourd’hui une cinquième étape : l’actio (action) (cf. Benoît XVI).

  • La Lectio

La lectio divina s’ouvre par la lecture du texte biblique plusieurs fois pour la laisser résonner en nous. Cette lecture peut être faite à haute voix.  Elle provoque une question portant sur la connaissance authentique de son contenu : que dit en soi le texte biblique? Sans cette étape, le texte risquerait de devenir seulement un prétexte pour ne jamais sortir de nos pensées.

  • La Meditatio

S’en suit la méditation (meditatio) qui pose la question suivante : que nous dit le texte biblique? Ici, chacun personnellement, mais aussi en tant que réalité communautaire, doit se laisser toucher et remettre en question, car il ne s’agit pas de considérer des paroles prononcées dans le passé mais dans le présent.

  • L’Oratio

L’on arrive ainsi à la prière (oratio) qui suppose cette autre question: que disons-nous au Seigneur en réponse à sa Parole ? La prière comme requête, intercession, action de grâce et louange, est la première manière par laquelle la Parole nous transforme.

  • La Contemplatio

Enfin, la Lectio divina se termine par la contemplation (contemplatio), au cours de laquelle nous adoptons, comme don de Dieu, le même regard que lui pour juger la réalité, et nous nous demandons : quelle conversion de l’esprit, du cœur et de la vie le Seigneur nous demande-t-il ? »

La contemplation, en effet, tend à créer en nous une vision sapientielle de la réalité, conforme à Dieu, et à former en nous « la pensée du Christ » (1 Co 2, 16). La Parole de Dieu se présente ici comme un critère de discernement : « elle est vivante, […] énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants; elle pénètre au plus profond de l’âme, jusqu’aux jointures et jusqu’aux moelles; elle juge des intentions et des pensées du cœur » (He 4,12).

  • L’actio

Il ne faut oublier, enfin, que la lectio divina ne s’achève pas dans sa dynamique tant qu’elle ne débouche pas dans l’action (actio), qui porte l’existence croyante à se faire don pour les autres dans la charité. »

A propos Fides 412 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.