Arbre de Noël : « Pour nous, l’enfant a sa place dans la famille »

Les sœurs responsables de la pouponnière, « Cité de l’Emmanuel », de Nianing, ont organisé, samedi 14 décembre 2019, un arbre de Noël pour les enfants orphelins du centre, en présence de la marraine de l’événement, Mme Ursule Daffé ; la Supérieur provinciale des Filles du Saint Cœur de Marie, Sr Caroline Mbengue ; d’anciens pensionnaires du centre revenus avec leurs parents pour la circonstance et de nombreux autres invités. Une occasion saisie par la Sr Monique Ndong, directrice du centre, pour rappeler que c’est dans la famille que se trouve la place de l’enfant.

« Fêter Noël avec ces petits anges qui nous sont confiés leur donne l’occasion de sortir de leurs quatre murs pour être avec vous », a indiqué Sœur Monique Ndong, directrice de l’orphelinat.

Remerciant les partenaires et les personnes qui ont contribué à l’organisation de cet arbre de Noël et tous ceux qui soutiennent la Cité de l’Emmanuel dans le « service de vie » apporté aux enfants, Sœur Monique Ndong a également plaidé pour un droit à la protection de l’enfant.

« Ce que nous faisons à un bébé, à un pauvre, à un orphelin, à un malade, à un abandonné, nous le retrouverons au centuple, car l’être humain est sacré et il est créé à l’image et à la ressemblance de Dieu. Donc l’enfant qui est né a le droit d’être protégé », a-t-elle déclaré.

Beaucoup de cadeaux ont été distribués par le Père Noël aux enfants, notamment aux anciens pensionnaires de la pouponnière, accompagnés de leurs parents à la fête. « C’est un plaisir de les voir grandir et de revenir à pouponnière », s’est réjouie la directrice.

 Après les cadeaux, un goûter a été servi à 29 bébés et aux personnes présentes, dans une ambiance festive.

Il faut noter que la pouponnière des Filles du Saint Cœur de Marie, affiliée depuis octobre 2019 à l’Association des Postes de Santé catholiques du Sénégal, accueille actuellement, sans considération de religion ni d’ethnie, 29 bébés, dont 11 petites filles et 19 petits garçons. Ils viennent de la moitié des régions du pays, notamment de Dakar, Kaolack, Ziguinchor, Thiès, Fatick, Diourbel et Kaffrine.

Ils rejoindront leurs familles d’origine ou d’accueil à l’âge de 18 mois ou 2 ans, tout au plus. « Pour nous, l’enfant a sa place dans la famille. Il doit grandir et s’épanouir dans un cadre familial », a enfin expliqué Sœur Monique Ndong.

A propos Fides 411 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.