Cameroun : un évêque enlevé puis relâché par des séparatistes du Nord-Ouest

L’évêque catholique du diocèse de Kumbo, localité de la région du Nord-Ouest située à quelque 450 kilomètres de la capitale camerounaise, Yaoundé, Mgr George Nkuo, a été kidnappé puis libéré samedi 24 août 2019, dans la matinée, par des sécessionnistes anglophones, ont affirmé ces derniers sur les réseaux sociaux.

Selon APA, cet évêque camerounais revenait d’une rencontre dans chef-lieu de la région, Bamenda, lorsqu’il a été entraîné vers un lieu inconnu par les «Bui Warriors», ayant revendiqué cet acte et qui font partie des multiples milices séparatistes regroupés autour de la république autoproclamée d’Ambazonie.


Cet enlèvement serait lié à l’homélie de Mgr George Nkuo, le 15 août dernier, à l’occasion de la fête de l’Assomption, dans laquelle il a plaidé pour la reprise des cours, le 2 septembre dans les régions anglophones après trois années scolaires blanches.
 Un appel qui ne serait pas du goût des combattants sécessionnistes qui, samedi, par l’entremise d’un communiqué signé d’un autre de leurs «généraux», Chris Anu, a annoncé «18 jours de verrouillage effectif» des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du 26 août au 16 septembre prochain, hormis les 2ème et 3ème week-ends de septembre.


Mais d’après Mark Bareta, un des principaux propagandistes des séparatistes armés, très suivi sur Facebook, qui a contesté l’usage de terme « kidnapper », «les ‘’Amba boys » sont d’abord et avant tout des civils et des chrétiens, qu’«ils peuvent aussi avoir une conversation avec leur évêque.» Et d’expliquer qu’en raison de la situation sécuritaire de la zone, le mode d’approche pour échanger avec l’évêque peut être différent.

«Les guerriers du Bui ont plaidé avec lui pour ouvrir l’église qu’il a fermée, et pour qu’il les bénisse. Certains disent que l’évêque a été kidnappé. Les gens aiment utiliser des mots erronés. Les guerriers du Bui sont chrétiens, le troupeau de l’évêque. Ils ont eu une conversation avec l’évêque et l’évêque a quitté la maison avec plaisir avec un cadeau des combattants de l’Ambazonie. Les pluies ont retardé son mouvement, mais les guerriers du Bui l’accompagnent à la maison», a-t-il encore justifié.

Mark Bareta a même partagé sur sa page Facebook quelques photos et une vidéo montrant l’évêque au milieu de ses ravisseurs. Il a aussi indiqué que les « les combattants de l’Ambazonie ont raccompagné le prélat sur une moto à son diocèse, après avoir échangé avec lui et lui avoir remis un cadeau.

Toutefois, plusieurs sources locales, jointes au téléphone par APA, n’ont pas confirmé la libération du prélat.

A propos Fides 520 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.