Nigeria – Violences intercommunautaires : l’Église catholique et la présidence s’accusent mutuellement

Au Nigeria, l‘Église catholique accuse l‘État de « légèreté » dans la résolution des violences intercommunautaires. Allégations rejetées par la présidence qui en appelle à la mutualisation des forces.

Plusieurs États dont ceux du centre et du nord du Nigeria sont aujourd’hui le théâtre de violences. Elles sont nées des différends sur la terre font d‘énormes pertes humaines et matérielles collatérales entre les communautés d‘éleveurs constitués en majorité de musulmans et les communautés d’agriculteurs composées beaucoup plus de chrétiens.

Une situation qui a non seulement ému, mais aussi fait sortir les évêques catholiques de leur silence. Pour l‘épiscopat nigérian, l‘État fait preuve de « légèreté dans la résolution du problème », ainsi que l’indique le communiqué rendu public récemment après une réunion de la Conférence épiscopale du Nigeria (CBCN) dans État d’Ekiti au sud-ouest.

Des allégations qui n’ont pas laissé indifférente la présidence nigériane. « Ces critiques sont une manière de semer la panique au sein de la population. Elles contribuent au renforcement de l’insécurité », a répliqué Femi Adesina, conseiller spécial du Président aux médias et aux Relations publiques.

« Toute proposition pertinente est la bienvenue pour trouver des solutions durables aux problèmes auxquels le pays est confronté, en particulier les meurtres présumés ou réels de bergers », a suggéré Adesina.

Ce n’est pas la première sortie du genre de la CBCN sur le même sujet. En juillet 2018 par exemple, les évêques avaient appelé le président Buhari à faire un choix entre « protéger le peuple ou démissionner ». C‘était au lendemain d’affrontements qui avaient fait plus de 85 morts dans l‘État du Plateau au centre-est.

avec africanews

A propos Fides 285 Articles
Actualité au Sénégal

2 Commentaires

  1. Lamentable de voir à quel point les autorités de certains pays afriquains sont complètement dans le deni.jusqu’au mozambique, les djilladistes sont aujourd’hui presents. Il faudrait que ces idiots comprennent qu’il s’agit là de la sauvegarde de l’identite Africaine.

  2. Lamentable de voir à quel point les autorités de certains pays afriquains sont complètement dans le deni.jusqu’au mozambique, les djilladistes sont aujourd’hui presents. Il faudrait que ces idiots comprennent qu’il s’agit là de la sauvegarde de l’identite Africaine.
    Quelle manque de dignité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.