Quelles sont les qualités requises pour être témoin d’un mariage à l’église ?

Pour l’Eglise catholique, la présence des témoins est une condition nécessaire à la validité du mariage. « Seuls sont valides les mariages contractés devant l’Ordinaire du lieu ou bien devant le curé, ou devant un prêtre ou un diacre délégué par l’un d’entre eux, qui assiste au mariage, ainsi que devant deux témoins » (cf. Canon 1108 , § 1). Quelles sont alors les qualités requises pour être témoin d’un mariage à l’église ? Quel est le rôle des témoins ? Combien faut-il en choisir ?

Si de manière générale, on peut comprendre que des époux choisissent pour leur mariage des témoins qui leur sont proches du point de vue de la foi qu’ils ont en commun ou à cause de leur expérience de couples mariés à l’église ou encore à cause d’une certaine familiarité, il faut retenir que l’Eglise catholique n’exclut aucun témoin présenté.

Elle n’impose aucune restriction quant à la religion, au statut matrimonial ou à la parenté. En réalité, pour elle, ce qui importe c’est que les témoins choisis soient présents à la célébration et soient capables de témoigner que le mariage a été célébré. On n’a pas besoin de croire en Dieu, d’être chrétien catholique ou marié à l’Eglise pour dire qu’« untel et unetelle se sont mariés » à l’église.


En effet, leur présence indispensable à la validité du sacrement souligne le caractère social et public du mariage chrétien, même lorsque celui-ci est célébré dans la plus stricte intimité.

Toutefois, il est important de faire attention à l’âge des témoins pour ne pas choisir des mineurs. Leur âge ne doit pas être inférieur à 16 ans, pour pouvoir compter sur des personnes assez mûres ou capables d’attester de la célébration du mariage.

Le rôle des témoins


Comme déjà souligné, le rôle des témoins d’un mariage à l’église est d’attester par leurs signatures dans les registres du caractère public du mariage. Pour cela, leur présence doit être effective

 aux côtés des époux au moment de l’échange des consentements et des alliances. Sinon, comment témoigner de ce qu’on n’a ni vu et entendu ?

Par ailleurs, ils peuvent aussi assumer un rôle important dans le cas d’un mariage célébré en l’absence d’assistant au mariage (comme le curé ou un autre prêtre, le diacre, ou laïc habilité par l’ordinaire à recevoir les consentements des époux au nom de l’Église). Ils devront informer au plus tôt le curé de la paroisse ou l’ordinaire du lieu, du mariage contracté (cf. Canon1121, § 2).

A propos Fides 314 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.