8 février, fête de Joséphine Bakhita, première sainte africaine non martyre

Fêtée le 8 février, sainte Joséphine Bakhita est la première sainte africaine non martyre. Cette amoureuse de Dieu a et une vie marquée par la joie de son enfance  comme les mystères du rosaire, cette belle prière à Jésus par Marie, la sainte Vierge à l’est du Soudan au Darfour au sein de sa famille nombreuse mais aussi par la douleur et la souffrance de son esclavage de 9 à 14 ans, surtout par la lumière de sa vie de jeune baptisée à 20 ans et de religieuse à partir de 24 ans en Italie chez les sœurs canossiennes et enfin par la gloire de sa sainteté, elle qui a été canonisée par le saint pape Jean-Paul II en 2000.

Joséphine Bakhita est née à Darfur au Soudan en 1869. A l’âge de sept ans, elle fut kidnappée par des trafiquants d’esclaves arabes, et dans les huit années qui suivirent, elle fut vendue cinq fois. Elle était tellement traumatisée par la brutalité de ses ravisseurs, qu’elle ne pouvait plus se souvenir du nom qu’on lui avait donné à sa naissance. Ces ravisseurs l’ont appelée « Bakhita », ce qui signifie « Fortunée ».

Son dernier propriétaire, un Consul d’Italie, l’amena dans son pays comme gouvernante de sa fille. Lorsque la famille dut partir pour des affaires, elle laissa Bakhita et l’enfant entre les mains des Sœurs Canossiennes de l’Institut des Catéchistes de Venise. C’est là qu’elle apprit à connaître et à expérimenter l’amour de Dieu.

En 1890, elle fut baptisée et reçut le nom de Joséphine. Lorsque la famille revint et réclama sa fille ainsi que Bakhita, Joséphine résista. Son cas aboutit à un procès qui maintint son droit à la liberté, puisque l’esclavage n’était pas reconnu par la loi italienne.

En 1893, elle prononça ses vœux comme Soeur Canossienne et pendant cinquante ans, elle vécut une vie de simplicité, de prière et de service (surtout comme portière du couvent). Elle était bonne pour tout le monde, en particulier pour les enfants de la rue.

Pendant ses dernières années, elle a souffert de maladie et des souvenirs hallucinants des flagellations et des coups endurés pendant qu’elle était esclave. Joséphine Bakhita mourut en 1947.

Elle fut canonisée en l’an 2000, la première Soudanaise à être proclamée sainte. Sainte Joséphine Bakhita, priez pour nous. Elle est fêtée le 8 février.

A propos Fides 257 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.