Après Noël, les catholiques célèbrent la Sainte Famille de Nazareth. Voici l’origine de cette fête

Depuis la réforme liturgique du Concile Vatican II, la Sainte Famille est célébrée le dimanche suivant immédiatement la fête de Noël ou lorsque le 25 décembre tombe un dimanche, le 30 décembre. Mais elle était d’abord fêtée au premier dimanche après l’Epiphanie, selon un décret du Pape Léon XIII en 1893. Elle a été rendue obligatoire dans toute l’Eglise Catholique par le Pape Pie XI, en 1921.

Mais d’où vient cette fête ?

C’est au Canada que la vénération de la Sainte Famille a pris naissance, sur l’initiative d’un prêtre missionnaire français du nom François de Laval, qui fut le 1er évêque de Québec et le fondateur de son séminaire, qu’il plaça sous d’ailleurs le patronage de la Sainte Famille. Il a été canonisé par le pape François le 3 avril 2014.

Celui-ci fonde à Québec la première confrérie de la Sainte Famille où les hommes imitaient saint Joseph, les femmes la Vierge Marie et les enfants l’Enfant Jésus. Et pour la célébration de cette fête, Mgr François Laval met en place des textes et des chants propres. Il espérait ainsi contribuer à faire des familles canadiennes de saintes familles.

Ce qui amènera Dom Guéranger à donner à cette fête l’explication suivante : « La sainte maison de Nazareth s’offre à nous comme le modèle parfait du foyer chrétien. Là, Joseph commande avec calme et sérénité, car il a conscience, en agissant ainsi, de faire la volonté de Dieu et de parler en son nom… Comme un bon supérieur, il ne songe à faire usage de son autorité qu’afin de remplir plus complètement l’office de serviteur, de sujet, d’instrument. Marie, ainsi qu’il convient à la femme, demeure modestement soumise à Joseph; et à son tour, adorant celui à qui elle commande, elle donne sans hésiter ses ordres à Jésus dans les mille occasions que présente la vie de famille, l’appelant, réclamant son aide, lui imposant telle ou telle occupation, comme une mère le fait à son enfant. Et Jésus accepte humblement cette suggestion: il se montre attentif aux moindres désirs de ses parents, docile à leurs moindres ordres. Dans tous les détails de la vie ordinaire, lui, plus habile, plus sage, plus saint que Marie et Joseph, et bien que tout honneur lui soit dû, il leur est soumis, et il le sera jusqu’aux jours de sa vie publique, car telles sont les conditions de l’humanité qu’il a revêtue et tel est le bon plaisir de son Père».

C’est bien plus tard, à la faveur du Concile Vatican II, que la réforme liturgique, en 1969, rattache la fête de la Sainte Famille à la fête de Noël et présente la Sainte Famille comme modèle des familles chrétiennes, invitant les époux chrétiens à découvrir à l’école de Nazareth « ce qu’est la famille, sa communion d’amour, son austère et simple beauté, son caractère sacré et inviolable » (Pape Paul VI).

A propos Fides 514 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.