Angola : Plus d’un millier d’églises sous la menace d’une fermeture imminente

Plus d’un millier d’églises risquent une fermeture imminente si elles ne répondent pas à des exigences strictes. Le gouvernement leur avait donné un mois, à compter du 04 octobre 2018, pour régulariser leur situation, après avoir adopté une nouvelle loi exigeant 100’000 signatures pour enregistrer une Eglise.

En Angola, l’Etat ne veut plus des églises non officielles. Il avait menacé, début octobre, de les fermer dès le mois de novembre. « Les confessions religieuses illégales en Angola seront fermées à partir du mois de novembre » avait déclaré Francisco de Castro Maria, directeur national chargé des questions religieuses au ministère angolais de la Culture.

Selon lui, 50% des églises angolaises ont été créées par des Brésiliens, des Sénégalais, des Nigérians ou des Congolais. Il pense que cette mesure va toucher ces églises.

Carolina Cerqueira, ministre de la culture, a tenté de justifié la mesure affirmant que le gouvernement est obligé de réglementer le secteur parce qu’on trouve des églises non enregistrées qui « exercent des activités commerciales ou qui constituent une menace pour les droits humains, pour les principes de vie et de coexistence en milieu urbain ».

D’après l’ONG portes Ouvertes, un rapport ministériel publié en octobre indique qu’il existe dans le pays 84 églises reconnues ; 2 006 églises officiellement fermées et 1106 églises en attente de reconnaissance. Celles-ci devaient régulariser leur situation dans un délai de 30 jours sous peine de fermeture.

Pour rappel, la régularisation des congrégations religieuses est d’actualité depuis le 28 août, date à laquelle le Conseil des ministres a adopté un projet de loi sur la liberté de religion, de croyance et de culte visant à établir des conditions plus strictes pour la légalisation des activités religieuses dans le pays.

A propos Fides 266 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.