Le rite du « lavabo » à la messe : son origine et son sens

Au cours de la messe, après la présentation des offrandes (offertoire), le prêtre, avant de commencer la prière eucharistique, se lave les mains sur le côté avec un peu d’eau dans un bassin et un linge apportés par un servant d’autel, et prononce quelques paroles. C’est le rite du « lavabo », évoqué par le Missel Romain (cf. PGMR, 76). Il n’est pas facultatif et comporte toute une valeur symbolique spirituelle que de nombreux fidèles. D’où vient-il et quel est donc son sens ?

Le sens du mot

« Lavabo », c’est tout simplement le futur du verbe latin « lavare », qui a donné le mot latin « laver ». Dans la liturgie eucharistique, « Lavabo » (Je laverai) en référence au paroles du Paume 25, 6, désigne le rite au cours duquel le prêtre se lave les mains, après la préparation des dons..

Origine du geste

Initialement, au moment de l’offertoire, les fidèles apportaient à l’autel des offrandes de toutes sortes : fruits, légumes, pain, vin, huile, étoffes, produits divers. Le prêtre les accueillait et prélevait ce qu’il fallait pour la célébration eucharistique, c’est-à-dire le pain et le vin. Le reste était destiné aux besoins des pauvres de la communauté ou aux nécessités du culte, par exemple. Ainsi, après avoir touché à tout cela, les mains du célébrant avaient besoin d’être quelque peu passées à l’eau avant la consécration.

Mais d’autres chroniques spirituelles évoquent aussi l’origine biblique de ce rite du lavabo. En effet, dans son ouvrage, «Les racines juives de la messe », Jean Baptiste Nadlere écrit : «Ce n’est bien entendu pas parce que le célébrant a les mains sales qu’il se plie au rite du lavabo. Ce petit rite n’a l’air de rien mais il remonte à l’Ancien Testament… Il était prescrit de se purifier les mains avant de prononcer la bénédiction sur le pain et de le rompre. Lorsque celui qui présidait le repas était quelqu’un d’important, il ne se lavait pas les mains lui-même mais c’était un autre qui lui versait de l’eau sur les mains. Élisée lui-même, serviteur du prophète Élie, avait pour mission, entre autres, de laver les mains de son maître. »

Le sens spirituel du rite du lavabo

En ce lavant les mains, le prêtre dit à voix basse : «Lave-moi de mes fautes, Seigneur, purifie-moi de mon péché.» Des paroles, tirées du Psaume 50, qui révèlent en même temps le sens du rite. Par ce geste, le prêtre demande à Dieu lui-même de le purifier.

Dès le IVème siècle, Saint Cyrille de Jérusalem en donnait déjà le sens : « Ce geste indique que nous devons être purs de tout péché. Ce sont nos mains qui agissent; laver nos mains n’est autre chose que purifier nos actions ».

Le PGMR indique que ce rite doit être compris comme symbolisant le désir de purification intérieure du prêtre (cf. PGMR, 76). Le prêtre célébrant l’eucharistie ne doit pas l’omettre.

Certes, par ce geste, le célébrant demande la pureté intérieure que requiert son ministère, demandant à Dieu de le purifier mais les fidèles en le voyant accomplir ce rite peuvent aussi raviver leur désir de demander au Seigneur de les purifier de leur péchés.

A propos Fides 266 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.