Ce qu’il faut savoir des fiançailles catholiques en 7 points

Le mot « fiançailles » évoque pour un homme et une femme le don de leur parole, leur promesse de s’engager à unir leurs vies pour la vie, « la promesse de mariage unilatérale ou bilatérale  », ainsi que le définit d’ailleurs le droit canonique :  (cf. Can. 1062 — § 1). Mais c’est aussi un temps de discernement et de maturation en vue du mariage. Voici ce que qu’il faut savoir des fiançailles en 7 points.

  1. Fiançailles : temps de maturation, de discernement

Le temps des fiançailles est un temps de maturation et de discernement et non une période pour tester, essayer, voir… Il s’inscrit dans une logique de construction d’une vie commune. Il permet aussi aux fiancés de travailler à mieux approfondir, en toute liberté, leur connaissance de soi, leur projet de vie en tenant compte de leurs désirs et aspirations, de leur histoire personnelle, de leur parcours, etc…

« Les Fiançailles sont la période pendant laquelle les deux personnes sont appelées à effectuer un beau travail sur l’amour, un travail actif et partagé, qui va en profondeur. On se découvre peu à peu réciproquement, c’est-à-dire que l’homme « apprend » la femme en apprenant cette femme, sa fiancée, et la femme « apprend » l’homme en apprenant cet homme, son fiancé » (Pape François, audience générale au Vatican du 27 mai 2015).

  1. Quand commence le temps des fiançailles 

Selon le Père Alain Quilici, le temps des fiançailles commence « le jour où un homme et une femme se disent l’un à l’autre leur ferme propos de fonder ensemble un foyer et qu’ils se donnent leur accord mutuel. Dans quel avenir, dans quel délai ? L’essentiel est dans la décision commune » (cf. Les Fiançailles – Lecture spirituelle du temps des fiançailles à l’intention de ceux qui ont quelques exigences, pages 26-27. »

  1. Fiançailles et préparation au mariage

L’inauguration du temps des fiançailles ne signifie pas le démarrage de la période de préparation directe au mariage mais plutôt le moment où le dialogue au sein du couple naissant s’approfondit, dépassant la logique des discours et gestes de séduction pour aborder les projets de vie commune et d’avenir. Et cela, sans oublier Dieu qui est la source de tout amour.

  1. Le caractère public des fiançailles

Elle se fait « officiellement » et « publiquement » lorsqu’un homme et une femme se disent « l’un à l’autre leur ferme propos de fonder ensemble un foyer et qu’ils se donnent leur accord mutuel. »

  1. Comment vivre concrètement la période des fiançailles?

Voici ce que dit l’Eglise Catholique à ce sujet : « Les fiancés sont appelés à vivre la chasteté dans la continence. Ils verront dans cette mise à l’épreuve une découverte du respect mutuel, un apprentissage de la fidélité et de l’espérance de se recevoir l’un et l’autre de Dieu. Ils réserveront au temps du mariage les manifestations de tendresse spécifiques de l’amour conjugal. Ils s’aideront mutuellement à grandir dans la chasteté » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n. 2350)

Le Pape François ajoute : « L’Église, dans sa sagesse, conserve la distinction entre être fiancés et être mariés — ce n’est pas la même chose — précisément en vue de la délicatesse et de la profondeur de cette vérification. Soyons attentifs à ne pas mépriser d’un cœur léger ce sage enseignement, qui se nourrit aussi de l’expérience de l’amour conjugal vécu avec bonheur. Les symboles forts du corps détiennent les clefs de l’âme. Nous ne pouvons pas traiter les liens de la chair avec légèreté, sans ouvrir une blessure durable dans l’esprit (1 Co, 15-20) » (ibidem).

Autrement dit, l’union physique met fin objectivement au temps des fiançailles, qui trouve en elle son accomplissement.

  1. Combien de temps doivent durer les fiançailles ?

Il n’y a pas de durée fixée pour le temps des fiançailles, chacun avance à son rythme avec son histoire, ses désirs, sa volonté et son cadre de vie. C’est une période qui, toutefois, n’a pas pour vocation de s’éterniser mais de se préparer à une vie conjugale durable.

Si l’on tient compte de la règle de l’abstinence concernant les fiancés rappelé par le Catéchisme de l’Eglise Catholique (cf. n. 2350), il est clair qu’elle s’avère très difficile à observer après deux ans. C’est ainsi que, pour certains, le temps des fiançailles ne doit pas dépasser deux ans. Sinon, la tentation pour les fiancés de s’unir devient plus grande.

  1. La célébration des fiançailles

La célébration des fiançailles est un sacramental (bénédiction) et non un sacrement comme le Mariage. Elle peut être réalisée soit par les parents, soit par un prêtre, un diacre ou un laïc (homme ou femme) qui adapteront les diverses parties en conservant les éléments principaux et la structure du rite. Mais, précise le Rituel, on évitera un lien trop étroit avec la célébration eucharistique, surtout dominicale, pour qu’il n’y ait pas de confusion avec la célébration du mariage.

Cette bénédiction comprend deux parties :

  • La première partie vise à faire de la bénédiction un signe vraiment sacré, qui puise son sens et son efficacité de la Parole de Dieu.
  • La deuxième partie vise, par des rites et des prières, à louer Dieu et à demander son secours par le Christ dans le Saint-Esprit.
A propos Fides 328 Articles
Actualité au Sénégal

1 Commentaire

  1. Merci pour l’article, il nous permet de remplacer certaines idées préconçues à leur place. On peut même approfondir en donnant l’ex De l’organisation de la cérémonie chez quelques ethnies une façon d’étayer. Encore une fois merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.