Mgr Barrigah : « Ne soyons pas des marchands d’illusions… N’enfermons pas nos fidèles dans des prières refuges »

Le 4e édition du Congrès panafricain du Renouveau Charismatique Catholique sur le thème : « Je mettrai mon esprit en vous et vous vivrez » (Ezekiel 36, 27-30) ouvert le 6 août à Lomé a pris fin dimanche dernier. La communication Mgr Nicodème Barrigah-Bénissan sur la politique et la parole de Dieu a véritable marqué les esprits. Il a indiqué la voie à suivre pour la libération de l’Afrique.

Ancien membre du corps diplomatique du Saint-Siège et président la Commission Vérité Justice et Réconciliation de son pays, l’évêque d’Atakpamé était bien indiqué pour aborder un tel sujet. Il a pointé avec grande précision les freins qui retardent la libération de l’Afrique, désignant les péchés politiques et religieux dont coupables les hommes politiques et religieux africains.

« Si l’Afrique va mal, c’est notamment parce que certains de ses guides ont travesti leur mission et transformé leur vocation en une recherche de gain facile »,a-t-il indiqué. En effet, la politique est devenue pour certains un créneau pour s’enrichir au détriment des aspirations des populations qu’ils sont censés défendre. Et cela retarde le continent africain. Mgr Nicodème Barrigah-Bénissan considère que les responsables doivent être honnêtes envers ceux qu’ils sont appelés à conduire dans la société. « Ne vendons pas des illusions aux populations qui viennent vers nous. Soyons plutôt honnêtes et courageux dans l’accomplissement des charges reçues de Dieu », a-t-il recommandé.

Sur le plan religieux, l’évêque d’Atakpamé n’a pas non plus fait la part belle aux hommes et femmes d’église. Nombreuses sont les personnes qui, au lieu d’agir, se confient aux eux pour leur demander des prières incessantes, afin de voir leur problème résolu. Or, pour lui, la prière sans action ne produit pas d’effet. Il pense que le retard de l’Afrique est aussi inhérent à l’inaction des chrétiens. « Qui a dit qu’il suffit de prier pour que sans aucun effort, tout soit résolu dans la vie de l’homme? Ne soyons pas de marchands d’illusions. Notre peuple est en train de se dépersonnaliser », a-t-il relevé. Et de s’interroger : « Nos peuples croupissent dans la misère et nous disons à l’Eglise: prions pour que le Seigneur nous délivre de cela ; mais la délivrance viendra d’où ? ».

« Dieu nous donne les opportunités. Il nous appartient de les saisir pour transformer la réalité. Ne faisons pas de notre peuple, un peuple de paresseux. N’enfermez pas vos fidèles dans des prières refuges. Ouvrez les portes pour qu’avec la grâce de Dieu, ils puissent agir », a indique le prélat togolais.

fides

A propos Fides 467 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.