Comment est nommé un évêque dans l’Eglise Catholique

Le Pape François a nommé le Père Martin Boucar Tine du Très Saint Sacrement, mercredi 25 juillet 2018, Evêque du diocèse de Kaolack. Une nomination qui aura mis fin à une longue attente qui a duré presque quatre ans, soit depuis la désignation de son prédécesseur sur le siège épiscopal du Saloum, Son Excellence Mgr Benjamin Ndiaye, le 22 décembre 2014, à la tête de l’Archidiocèse de Dakar. Une occasion pour revenir sur le processus de nomination d’un évêque catholique.

Dans l’Église catholique, c’est le Pape qui nomme les évêques, au terme d’une longue et minutieuse procédure de sélection impliquant les évêques, le noce apostolique et les services de la Curie romaine. Cette procédure débute par la sélection des candidats.

Le Canon 378 énumère les qualités requises du candidat à l’épiscopat :

  • Une foi solide, de bonnes mœurs, la piété, le zèle des âmes, la sagesse, la prudence et les vertus humaines, et qu’il soit doué par ailleurs des autres qualités qui le rendent capable d’accomplir l’office dont il s’agit
  • Une bonne renommée
  • Au moins trente-cinq ans
  • Prêtre depuis cinq ans au moins
  • Le doctorat ou au moins la licence d’Ecriture Sainte, de théologie ou de droit canonique dans un institut d’études supérieures approuvé par le Siège Apostolique, ou qu’il soit au moins vraiment compétent en ces matières

D’autres critères peuvent aussi être appréciés comme « le sens social, l’aptitude au dialogue et à la collaboration, la compréhension des signes des temps, le souci louable de demeurer impartial… ».

Comment procède-t-on pour sélectionner les bons candidats et désigner finalement le nouvel évêque ?

Tous les trois ans environ, l’évêque diocésain établit une liste secrète de trois noms de prêtres aptes à l’épiscopat, qu’il transmet au Saint-Siège par l’intermédiaire du nonce apostolique. Cette liste est appelée la « terna ». Selon la durée de l’évêque à son poste, il peut arriver à dresser plusieurs listes, constituant ainsi un véritable vivier pour le choix du futur évêque.

En cas de vacance du siège épiscopal, le nonce établit lui aussi une «terna» à partir de la liste ou des listes remise par l’évêque. Pour ce faire, il ouvre et mène une enquête auprès de plusieurs personnes comme le président de la Conférence épiscopale, les évêque de la Province ecclésiastique, des prêtres mais aussi des laïcs « reconnus pour leur sagesse » (cf. canon 377).

Il remet ensuite sa terna au Saint-Siège, accompagnée de son avis et ceux recueillis, pour passer le relais à la Congrégation pour les évêques, composée de cardinaux et d’évêques, qui procède au vote sur la base du rapport transmis.

Il revient alors au Pape de nommer le futur évêque à partir des noms communiqués par la Congrégation pour les évêques. Si ce dernier accepte la charge, la bulle de nomination est publiée. Sinon, la procédure est entièrement reprise depuis le début.

En principe, le nouvel évêque est ordonné dans les trois mois qui suivent la réception de la bulle. Le jour de l’ordination de l’évêque, la bulle est lue à haute et intelligible voix par le nonce ou son représentant et elle est présentée à toute l’assistance avant d’être déposée sur l’autel.

A propos Fides 266 Articles
Actualité au Sénégal

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.