31 C
Sénégal
7 juillet 2020
FidesPost
ACTUALITE Nationale VIE CHRETIENNE

Fête du Saint-Sacrement: célébrer le Corps et le Sang du Christ et devenir porteur de Dieu

Dimanche prochain 14 juin 2020, l’Église catholique célèbre la Solennité du Corps et du Sang du Christ (aussi appelée Corpus Domini ou Fête-Dieu). Le père Gabriel Faye Sagna, de la Congrégation des Pères du Très Saint-Sacrement, en mission à la paroisse Saint Joseph de Médina dans l’Archidiocèse de Dakar, explique le sens de cette fête et s’interroge sur les pratiques actuelles liées à sa célébration.

La fête du Saint-Sacrement, appelée aussi la Fête-Dieu, est une fête catholique et anglicane célébrée en principe le jeudi qui suit la fête de la Sainte Trinité (en référence au Jeudi Saint), c’est-à-dire soixante jours après Pâques. Dieu vivant se donne à nous sous les signes visibles du grand mystère de la foi qui agit toujours en nous.

Historiquement, c’est au XIIIème siècle que le Pape Urbain IV, dans la bulle d’institution intitulée Trasiturus de hoc mundo (11 Août 1264) a rendu officiel la célébration de la Fête Dieu fait suite à un miracle survenu à Bolsena (Italie) en 1263. Les fresques présentes dans une cathédrale, en Italie, retracent avec précision cet événement miraculeux.

Au Sénégal, dans certaines paroisses, cette célébration commence par une semaine préparatoire communément appelée La Semaine Eucharistique. Une semaine pendant laquelle les enseignements sont donnés aux fidèles dans le but de découvrir le mystère de l’Eucharistie. En célébrant la Fête-Dieu, par une procession solennelle avec le Saint-Sacrement, chaque fidèle peut alors exprimer sa foi en toute ferveur. La Fête-Dieu est le moment pour les croyants de célébrer Dieu et plus précisément le Corps et le Sang de son Fils Jésus Christ.

En effet, la présence du Christ dans le Saint Sacrement continue après la messe dans les hosties consacrées et conservées dans le Tabernacle pour l’adoration et la communion aux malades. C’est le prolongement de la messe dans la vie des baptisés. Saint Pierre Julien Eymard le disait en ces termes «Notre Seigneur Jésus-Christ demeure la source vitale et chacun se doit d’orienter sa piété, ses vertus»1.

L’Eucharistie est un trésor immense. Nous devons méditer et contempler ce don qui est la source et le sommet de toute la vie chrétienne comme nous dit le Concile Vatican II car elle est la manifestation par excellence de l’amour de Jésus pour chacun de nous (Sacrosanctum Concilium). Ce jour même, tout le monde est invité à accueillir avec joie Jésus qui vient à notre rencontre pour nous faire vivre de sa vie et à devenir porteurs de Dieu à ceux qui nous entourent.

De nos jours, avec la floraison de nouvelles spiritualités doublée de typologies d’évangélisation au sein même de l’Eglise, sommes-nous capables d’arriver à une célébration commune avec plus de ferveur de ce grand mystère de notre foi ? Ne faudrait-il pas célébrer les premières communions avant cette date pour permettre aux enfants qui viennent de recevoir l’Eucharistie de vivre la Fête-Dieu en participant solennellement à la messe et à la procession avec le Saint Sacrement ?

Père Gabriel Faye Sagna

1 Œuvres complètes de Saint Pierre Julien EYMARD (1811-1868), Présentation de l’édition typique à partir de la base électronique, décembre 2006, p37.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite