26 C
Sénégal
12 août 2020
FidesPost
ACTUALITE Nationale

Décès du Père Hermann : l’évangile en wolof orphelin de son maître

Le Père Hermann De Vriendt a été rappelé à Dieu, hier, vendredi 03 juillet 2020, à Dakar, comme il l’avait souhaité dans une confidence faite à un magazine belge : «Si je pouvais faire un vœu: je veux mourir au Sénégal».

Le Père Jean-Marie Ntumba Sungani, Conseiller et délégué provincial confirme : «Le Père Hermann exprimait souvent son désir d’être enterré au Sénégal. Je l’ai personnellement entendu le dire à plusieurs reprises».

Né le 26 août 1941 et ordonné prêtre le 7 août 1966, le Père Hermann était membre de la Congrégation du Coeur Immaculé de Marie. Arrivé au Sénégal il y a 34 ans, soit plus exactement le 16 novembre 1986, il a exercé son ministère sacerdotal dans les paroisses Saint Abraham de Guédiawaye et Notre Dame de la paix de Diamaguène, toutes deux dans la banlieue dakaroise.

Ce prêtre d’origine belge, au tempérament calme et discret, était véritablement amoureux des langues nationales et de la culture du pays. Sa vie et son ministère pastoral au pays de la téranga ont été entièrement marqués par le projet Wolof, «Disso», dont l’objectif principal était de rendre accessible au grand public les textes bibliques, liturgiques et officiels traduits en wolof.

Il avait une parfaite maîtrise de cette langue nationale qu’il parlait couramment et utilisait dans les célébrations liturgiques.

«Chaque Scheutiste a pour tâche de connaître et de respecter la culture d’un peuple. Je suis rapidement arrivé à la conclusion que vous devez apprendre la langue de l’homme ordinaire afin de faire un travail significatif au sein de la paroisse ou de la communauté qui vous a été assignée», rappelait-il.

«J’ai pensé que je devais d’abord apprendre cette langue moi-même à travers un cours intensif et aussi donner mes sermons dans cette langue. J’ai réussi mais cela a pris du temps et ensuite j’ai aussi traduit une grande partie de la liturgie du français au wolof… pour aider tous les prêtres et missionnaires du Sénégal qui souhaitaient pse rapprocher du peuple. Maintenant, je donne également régulièrement un cours de wolof de trois mois pour les assistants au développement ou les missionnaires».

En plus du travail paroissial et de traduction en wolof des textes de l’Eglise, le Père Hermann animait une émission religieuse catholique intitulée «Laudemus Dominum», lancée en septembre 2008 sur la RDV, une télévision privée sénégalaise. Une émission pour le «petit bonhomme» qui aborde l’enseignement et l’engagement social de l’église.

Au moment de quitter la terre des hommes après 79 ans d’existence et 54 de sacerdoce dont 34 ans de ministère au Sénégal, le Père Hermann reçoit l’hommage des sénégalais dont des fidèles catholiques, des musulmans et ses nombreux homonymes. Tous saluent un «grand pasteur et défenseur infatigable de la foi et de la culture ». Ils expriment leur communion profonde avec l’Église du Sénégal qui perd un «Baobab».

Fidespost présente ses condoléances à toute la famille Scheutiste.

Fidespost

1 commentaire

Marthe Marie Paulette Gomis 11 juillet 2020 at 0 h 02 min

Paix à son âme

Reply

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite