33.9 C
Sénégal
24 juin 2022
ACTUALITE CONTRIBUTION Internationale

Crise politique en Afrique de l’ouest francophone : Vers les Lumières de la politique africaine ? (Père Donald Zagore)

L’éveil des consciences des peuples de l’Afrique francophone nous renvoie d’une manière ou d’une autre au fameux siècle des Lumières. Une période caractérisée fondamentalement par un bouillonnement intellectuel où des penseurs s’attachent à libérer l’esprit humain de toutes formes d’oppressions. L’enjeu était de placer désormais l’homme au centre de toutes formes d’intérêts. La seule voix qui méritait d’être écoutée était la voix de la raison.

Aujourd’hui le schéma semble être le même. Les esprits bouillonnent politiquement. La logique est de libérer l’homme singulièrement et les peuples généralement, de toutes formes d’oppression. Ce qui compte est de placer l’intérêt des peuples au centre de toute autre forme de considération. Il y a une volonté ferme de sortir d’un dogmatisme politique qui non seulement conditionne, mais surtout asphyxie les peuples dans ce qu’ils ont de plus fondamental : la liberté. Prendre en main leur destin, engendrer par eux-mêmes les processus de leur autodétermination est plus que jamais la raison d’être de ces peuples. Les peuples sont debout. Elle est finie cette passivité naïve et obscurantiste dans laquelle les peuples de l’Afrique francophone ont baigné pendant des siècles. Ne pas comprendre ça, serait tout simplement passer à côté d’une révolution politique qui est en train d’éclore.

Tout politique qui voudrait donner de l’essence et de la consistance à son agir politique aujourd’hui doit se soumettre à ce principe divino-politique qui est l’écoute de la voix du peuple. Ne disons-nous pas, à juste titre, que la voix du peuple est la voix de Dieu : « Vox populi, vox Dei ». Cependant, que dit le peuple ?

Que les politiques retournent aux valeurs sacrées de la démocratie. Qu’ils soient respectueux de la justice. Qu’ils proportionnent leurs dépenses à leurs revenus pour ne pas voler et favoriser la corruption. Qu’ils répartissent la richesse nationale de façon juste et équitable. Qu’ils arrêtent le torrent du vice en créant des institutions bienfaisantes qui préviennent le mal et l’étouffent dans son germe, au lieu de créer des supplices contre des malheureux qu’une législation absurde et barbare pousse à la révolte, au crime et à la mort. Qu’ils servent l’intérêt du peuple et non celui du colon.

Père Donald Zagore, sma

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite