25 C
Sénégal
20 octobre 2020
FidesPost
CONTRIBUTION FOI ET COVID19

Covid19 et stigmatisation : entre la peur et la défiance de Dieu (Fr Martin Ndiaye)

Frère Martin Ndiaye de l’institut des Frères de Saint Joseph s’élève contre la stigmatisation des malades et guéris de la Covid19 et recommande l’acceptation de l’autre quel que soit son état physique. Les rejeter, c’est aussi rejeter Dieu à travers eux, prévient-il.

Le coronavirus continue sa macabre promenade à travers notre pays le Sénégal. Ce 4 juillet 2020, le pays compte, globalement, 7.272 cas positifs dont 4.713 guéris, 129 décès et 2.429 encore sous traitement. Ce qui est plus inquiétant, pour ne pas dire dramatique, c’est non seulement le relâchement de la population par rapport au respect des mesures dites barrières, mais la stigmatisation des testés positifs et même de leur maison et quartier. Résultat : des malades refusent d’aller à l’hôpital. Cela, me semble-t-il, est aux antipodes de la foi chrétienne.

Déterminer ce qu’est stigmatiser nous permet de comprendre pourquoi la religion catholique en enseigne le contraire. Le petit Larousse nous dit que « stigmatiser, c’est blâmer avec dureté et publiquement. »

Cette définition est bien éclairante. Mais allons plus loin : stigmatiser, c’est victimiser, mettre à l’écart, discriminer, juger. Voilà des faits et comportements que l’Eglise rejette et en enseigne plutôt :

  1. La considération d’autrui ;

  2. L’acceptation de la différence ;

  3. Le respect mutuel ;

  4. L’amour vrai de l’autre. ;

Le point de départ, ce qui fonde cet enseignement, c’est la DIGNITE HUMAINE. L’homme, créé à l’image et à la ressemblance de DIEU. Dieu dit : « Faisons l’homme à notre image, comme notre ressemblance » (Gn 1, 26).

La grande révélation biblique du récit de la création, c’est que l’être humain ne peut exister vraiment qu’en relation avec un autre lui-même. Cela signifie que nous sommes appelés par Dieu 3 fois saint, à un vivre ensemble harmonieux. Ce vivre ensemble se mesure dans l’ordre de la charité, de l’acceptation de l’autre quel que soit son état physique.

Cela m’engage, nous engage à stopper la stigmatisation liée à la COVID-19. Donc, halte à l’étiquetage des testés positifs à la COVID-19, guéris ou pas.

Les testés positifs à la COVID-19 sont nos frères et sœurs du même Père, DIEU. Ne les jugeons pas ou plus, ne jugeons pas ou plus leur maison et quartier. Jésus ne nous dit-il pas : « Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés, car l’on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez ». (Mt 7, 1-2).

Dans le même sillage, j’ose dire que, stigmatiser un malade, manquer de respect à un mort jusqu’à s’opposer à sa mise en terre ici ou là, est très grave. Jésus nous avertit : « Tout ce que vous avez fait à l’un de ces petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez. » (Mt 25, 40). Qui est plus faible, donc plus petit qu’un malade ou un mort ?

Souvent, le « virus des yeux » nous empêchant de voir Dieu à travers ces petits, nous le rejetons par peur du coronavirus. Autrement dit, nous avons peur de coronavirus et osé défier le Maître de la vie DIEU.

Le défi majeur que cette pandémie nous lance est que « tous et partout ont à se convertir » (Ac 17, 30).

Frère Martin Ndiaye

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite