33.9 C
Sénégal
24 juin 2022
ACTUALITE

Covid19 : Comment se déroule le dernier Adieu au cimetière

L’une des conséquences de la pandémie du coronavirus est la restriction de la célébration de funérailles avec la suspension de l’étape de l’église paroissiale. En effet, les Évêques ont demandé, compte tenu du contexte actuel, « de se limiter uniquement à l’absoute (dernier Adieu) , en présence de la famille restreinte ». Une mesure pas toujours facile à mettre en œuvre, tant au niveau des familles que des prêtres.

Le  rituel des funérailles, dans ses Préliminaires, prévoit trois formes de célébration des funérailles. Le premier comporte trois « stations » : au domicile du défunt, à l’église et au cimetière ; la seconde deux : à la chapelle du cimetière et au lieu de la sépulture et la troisième ne comporte qu’une seule « station » au domicile du défunt.


Mais il faut noter que les conférences épiscopales ont la possibilité de choisir, selon les besoins particuliers, l’une des formes sus-indiquées ou d’en modifier le déroulement. Au Sénégal, c’est la deuxième forme de célébration des funérailles qui a été retenue par les Évêques, en cette période de pandémie du coronavirus. Elle n’est malheureusement pas toujours bien comprises ou acceptée.


« Nous sommes obligés de sensibiliser les fidèles pour bien leur expliquer la mesure. Il important de leur faire comprendre qu’il ne s’agit pas de funérailles au rabais. C’est une étape incontournable avant de passer au rite de l’absoute  », témoigne Abbé Étienne Djégane Diouf .

L’autre difficulté rencontrée par les prêtres est celle relative à l’interdiction des rassemblements. « En lieu et place de la famille restreinte, c’est pratiquement toute la famille africaine au sens large qui va au cimetière », a récemment déploré l’aumônier du Comité de gestion des cimetières catholiques de l’Archidiocèse de Dakar, Abbé Joseph Gning.


Dans certaines paroisses, les autorités paroissiales ont tout simplement déterminé le nombre de personnes, membres de la famille, autorisées à prendre part à la cérémonie au cimetière. C’est le cas à la paroisse saint François Xavier de Fadiouth.


« Pour les funérailles en cette période de pandémie, nous autorisons au maximum 15 personnes de la famille au cimetière », renseigne Abbé René Mbagnick Ngom.


Sur le plan liturgique


En l’absence d’un schéma-conducteur diocésain pour la cérémonie au cimetière, dans certaines paroisses, les prêtres se réfèrent directement à « La célébration des Sacrements » de Pierre Jounel pour s’adapter.


Après un chant de rassemblement et la salutation liturgique du prêtre, la lecture d’un texte de l’évangile suivie d’une brève méditation est proposée à la famille restreinte, avant le rite du dernier Adieu.


Ce rite est réalisé dans sa forme habituelle avec l’aspersion et la prière de recommandation du défunt. Le chant introductif est remplacé par une prière commune et l’encensement omis.


Suivent enfin la bénédiction de la tombe et la mise en terre.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite