26 C
Sénégal
31 octobre 2020
FidesPost
ACTUALITE Internationale

Cameroun : un prêtre marchant « pour que ça marche » dans son pays, interpellé puis libéré par la police

Le prêtre jésuite, Ludovic Lado, a entamé depuis le lundi 12 octobre 2020, une marche à pied de Douala à Yaoundé, « pour prier, d’une part, pour le dialogue, la justice, la paix et la réconciliation dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest du Cameroun et, d’autre part, pour faire pénitence pour la réparation des crimes contre la dignité humaine commis dans ces régions particulièrement. Je puise dans ces valeurs chrétiennes qui sont simplement humaines : fraternité, dialogue, justice, réconciliation, paix », écrit-il dans une lettre ouverte. Interpellé, hier par la police, il a ensuite été libéré.

Placé sous le thème général« Où est ton frère ? » (Gn 4, 9), ce pèlerinage qui s’étend sur 250 km fait suite, indique-t-on, à la déclaration faite par ce prêtre camerounais en août dernier : « Si l’Église, les Autorités et les Ambazonniens ne s’asseyent pas autour dune table pour trouver une solution à cette crise, je ferais ma part ». Liant l’acte à la parole, le Père Ludovic a commencé à faire sa part en marchant de Douala à Yaoundé, revêtu de sa soutane noire, le  crâne rasé et un sac au dos avec une petite natte.

« Je marche pour que le sang humain cesse de couler dans notre pays. Je marche pour que le droit constitutionnel de manifester pacifiquement au Cameroun soit respecté. Je marche en solidarité avec les déplacés internes et les réfugiés de la crise anglophone. Je marche pour exorciser en moi et en nous le démon de l’indifférence. Marcher n’est pas seulement un droit humain mais divin. Je marche pour que ça marche », explique-t-il.

Le Père Lado marche aussi pour la paix au Cameroun, notamment dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, la libération des personnes arrêtées le 22 septembre dernier dans le cadre des manifestations de certains partis de l’opposition qui appelaient au départ du président Paul Biya. et faire pénitence « pour la réparation des crimes de sang commis contre les innocents ».

Cette marche, affirme-t-il enfin, est un appel à la solidarité pour pour soutenir la scolarisation des enfants des déplacés internes ou réfugiés, qui vivent dans la précarité.

Interpellé hier par la police, le Père Ludovic Lado a été libéré. « Folle journée avec les flics mais je suis libre et en forme. Les détails après… », a-t-il commenté dans un premier temps, après avoir été relâché, avant de dénoncer par la suite une violation par la police « de ses droits civiques ».

« Je leur ai expliqué que j’étais en pèlerinage qui ont une longue tradition religieuse… mais ils ont violé mes droits civiques ».

Fidespost

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter Lire la suite